La carrière de Hourt, Grand Halleux.

Voir la description détaillée sous ‘texte’ (le lien, présentement réservé, sera prochainement établi !)

                                                                                                                                            

L'exploitant de la carrière demande de rappeler que l'accès à la carrière est strictement interdit pour raison de sécurité par suite des risques d'accidents liés notamment à l'instabilité de certaines parois.

 

            Deux km au Nord de Vielsam, dans le talus de la route de Trois-Ponts, est exploitée une carrière dans le quartzite blanc-verdâtre de Hourt. Cette zone était déjà connue pour sa minéralogie en marcasite et soufre, ayant donné il y a une quinzaine d’années du rutile, de l’anatase, de la tourmaline et quelques minéraux d’altération du cuivre, ainsi qu’un minéral indéterminé associé à l’anatase. Elle a révélé assez récemment (1997-98) une minéralogie unique pour la Belgique par la présence abondante de marcasite et assez abondante d’arsénopyrite, accompagnés d’autres sulfures comme la chalcopyrite et la galène ainsi que d ‘arséniates et phosphates, notamment de cuivre, plomb, alumimium et fer, dont un nouvel arséniate au niveau mondial, la graulichite-(Ce), notre découverte.

Il s’agit toutefois de microminéraux peu spectaculaires sauf équipement d’observation adapté.

Il faut également signaler une occurrence d’or (découverte du géologue-minéralogiste Alain Hanson).

 

Capture_00002Hourt graulichit

Graulichite-(Ce)   (0,3x0,2 mm)

 

            La minéralogie des arséniates et phosphates, du groupe de la crandallite, présents à Hourt, se révèle fort complexe. Des échantillons, confiés à un laboratoire helvétique (©Dr. Meisser, Musée cantonal de géologie de Lausanne, Université de Lausanne ; publication des descriptions lui réservées) ont des caractères et compositions chimiques originaux.

            Six minéraux, premières occurrences belges, ont été mis en évidence. Ils viennent s’ajouter à la carminite, la kintoréite et la graulichite-(Ce).

 

Malheureusement la plus grande partie des échantillons de graulichite-(Ce) a été détruite au concasseur. Cette circonstance a retardé sa découverte. La même circonstance va probablement rendre très difficile l’étude d’une vingtaine d’autres minéraux et de la paragenèse complète.

(Nous avons, depuis la rédaction des lignes ci-dessus, eu confirmation de la richesse minéralogique exceptionnelle de Hourt mais aussi de la perte irrémédiable d’une information scientifiquement intéressante et notamment d’échantillons d’un autre nouveau minéral non décrit à ce jour.

 

Photos                                                                                           

            Graulichite-(Ce)         <photo1>   <photo2> 

                Arsénoflorencite-(Ce)            <photo1>   <photo2>     XH22  

??                                    <photo5>

            Beudantite                  <photos>

            Carminite                    <photo1>   <photo2>   

                Flaorencite-(Ce)

Gypse                         <photos>

                Jarosite                       <photos>

Kintoréite                   <photos>

Mimétite                     <photo1>   <photo2>   <photo3>   <photo4>   <photo5>   XXH02   XXH03

Or                               <photo1>   <photo2>   <photo3>   <photo4>   <photo5>

Philipsbornite             <photo1>   <photo2>   

Plumbogummite

Rhabdophane-(Ce) ?  <photos>

Scorodite                    <photo1>   <photo2>   <photo3>   <photo4>   <photo5>   <photo6>   <photo7>

                                                               <photo8>   <photo9>   <photo10>   <photo11>   

            Scorodite/mansfieldite           <XX16>

Sphalérite                   <photo1>   <photo2>

 

Quels sont ces minéraux ?

        

XXHourt  01  XXHourt 06   XXHourt 07   XXHourt 08   XXHourt 09   XXHourt 10   XXHourt 11

 

            XXHourt 12   XXHourt 13   XXHourt 14   XXHourt 15   XXHourt 17

 

            XH02              XH03              XH06              XH07              XH08              XH10              XH11

 

            XH12              XH14              XH15              XH16              XH17              XH18a                        XH18b

 

            XH19              XH20              XH21              XH23              XH25              XH26              XH27

 

            XH28              XH29              XH30              XH31              XH32              XH33              XH34

 

XH35              XH36                  XH37              XH40

 

Minéraux récoltés par Alain Hanson sur la découverture.

XHA01           XHA03           XHA04           XHA05           XHA06abcd   XHAeg

 

-----

Divers échantillons d’arséniates remis à une institution universitaire ont permis à un jeune étudiant, Mr . Lefèvre, d’étoffer son mémoire de fin d’études en sciences géologiques et minéralogiques et d’identifier certains minéraux. Ce mémoire a été défendu publiquement à l’issue de l’année académique 2000-2001 et constitue notamment la première description chimique complète de la graulichite-(Ce) : la paternité de cette analyse doit donc lui être réservée (tout comme pour la graulichite-(La) et ne peut être revendiquée par quelque autre chercheur.

Des arséniates de plomb (mimétite, carminite,…) ont également été analysés. Ils proviennent de blocs remarqués par Mr. Alain Hanson, géologue/minéralogiste, lors d’une expertise commune impromptue.

            Quelques jours plus tard, poursuivant ses recherches, M. Hanson découvrait l’occurrence d’or. La découverte d’or à Hourt a fait l’objet d’une communication dans un colloque tenu au Musée du Grand Duché du Luxembourg ainsi que d’une publication par Alain Hanson, géologue à la Fondation Universitaire du Luxembourg, premier découvreur.

            Depuis quelques années, le 4M (Montigny le Tilleul) a fait un effort tout particulier pour l’étude des arséniates de ce gisement ; leurs échantillons, analysés par le Dr. Meisser, Université et Musée de Lausanne, ont réservés bien des surprises.

 

La minéralogie exceptionnelle de ce site comprend (en gras, les minéraux confirmés par analyse certaine ; en normal, les minéraux bien observés optiquement ou analysés qualitativement ; en mini, les minéraux pour lesquels l’observation optique reste imprécise soit par le très peu de matériau, soit par leur taille très réduite, leur identification -pour laquelle il a été tenu compte de la paragenèse et des observations au microscope binoculaire- étant incertaine et pouvant dès lors être revue) :

éléments : argent, arsenic, or, soufre ;

sulfures, sulfosels : acanthite, arsénopyrite, chalcocite, chalcopyrite, covellite, digénite, galène argentifère, marcasite, molybdénite, orpiment, pyrite, pyrrhotite, réalgar, sphalérite;

            oxydes, hydroxydes : anatase, arsénolite, goethite, hématite, ilménite, lépidocrocite, ‘leucoxène’, magnétite, martite, pyrolusite, quartz, rutile ;

            carbonates : cérusite, malachite, sidérite ;

            sulfates : brochantite, gypse, jarosite, langite, mélantérite ;

            phosphates, arséniates : graulichite-(Ce) (L.T.), graulichite-(La) (L.T.), « …-gr…-(…) » (L.T.), arséniosidérite, arsénocrandalite, arsénoflorencite-(Ce),  arsénoflorencite-(La) !!!,  arsénogorcéixite, arsénolithe, beudantite, carminite, claudetite, florencite-(Ce), , haidingerite, hidalgoïte, kankite, kintoréite, mansfieldite, mimétite, monazite-(Ce), olivénite, pharmacolite, Ba-pharmacosidérite, philipsbornite, pitticite, plumbogummite, rauenthalite, rhabdophane-(Ce), schultenite, scorodite, ségnitite, weilerite, weilite ;

            silicates : kaolinite, muscovite, tourmaline.

 

            Le supergroupe de la crandallite, de la beudantite et de l’alunite y est remarquablement représenté.