Peut-on citer des exemples montrant que le corps est traité comme un objet?

Quatre exemples suffisent à illustrer les pratiques portant atteinte à l'indisponibilité du corps.

D'abord la fivete, où l'embryon peut être donné, vendu, soumis à des expériences, détruit1. En plus de la fivete, nous avons aussi le bébé donneur: un enfant est conçu afin qu'on puisse prélever sur lui des cellules qui seront greffées sur un autre. Outre les bébés donneurs, nous connaissons aussi les mères porteuses, où la femme s'engage à mettre son propre corps à la disposition d'un preneur de bail et à livrer, à terme échu, un autre corps, celui dont elle aura été porteuse, le tout moyennant certaines conditions contractuelles relatives aux corps comme aux choses.

Quant à l'avortement, il consiste, lui aussi, à disposer discrétionnairement d'un corps comme on dispose d'un objet quelconque.

De toute évidence, le principe de l'indisponibilité du corps humain est aujourd'hui sérieusement battu en brèche, en pratique et en théorie.

________________________________________

1. Voir Michel Schooyans, Maîtrise de la vie, domination des hommes, Coll. Le Sycomore, Paris, Éd. Lethielleux, 1968.

Page suivante

Retour à la page "Le corps disponible".

Retour à la page "Sommaire".