Pourquoi instaurerait-on un "permis de procréer" dans les pays riches, où la dénatalité prend des proportions inquiétantes?

La réponse à cette question est donnée avec toute la clarté voulue par des partisans de la planification démographique. Que disent-ils en substance? Il faut d'abord faire admettre l'avortement, voire le permis de vivre dans les pays riches. Ensuite, on se prévaudra de l'exemple de ces pays pour faire admettre ces pratiques et les généraliser dans le Tiers-Monde. Aussi bien, pourquoi un pays qui n'hésite pas à tuer ses propres enfants hésiterait-il à tuer ceux des autres?

Qu'à long terme ces pratiques soient suicidaires pour les pays riches ne semble guère préoccuper ceux-ci. Destinées au Tiers-Monde, ces campagnes suicidaires finissent par se retourner contre les pays riches, qui les ont lancées. Cet effet de boomerang se répercute jusque dans le Tiers-Monde lui-même, où ce sont les minorités les mieux formées, donc les plus précieuses pour stimuler le développement, qui ont accès à la panoplie antinataliste.

Page suivante

Retour à la page "L'Église et la démographie".

Retour à la page "Sommaire".