Sur le respect de la vie humaine, et en particulier sur le respect de l'enfant non né, ne constate-t-on pas que beaucoup de chrétiens sont en désaccord ouvert avec l'Église?

Le respect de la vie humaine est fondamental dans la définition de l'identité chrétienne1. Reconnaître la valeur infinie de tout individu humain est essentiel à toute morale chrétienne, quelle qu'en soit la formulation. Reconnaître cette valeur, c'est la condition pour entrer en morale chrétienne. Il ne s'agit pas d'un choix qui serait laissé à la discrétion de chacun à l'intérieur de l'éthique chrétienne. Cette vérité, objectivement fondée, est pour ainsi dire le portique de toute la morale chrétienne.

________________________________________________

1. Cette thèse a été magistralement mise en lumière par Jean-Marie Hennaux, dans Le droit de l'homme à la vie, de la conception à la naissance, Bruxelles, Éd. de l'Institut d'Études Théologiques, 1993.

Page suivante

Retour à la page "L'Église et la natalité".

Retour à la page "Sommaire".