Les progrès de la biologie permettent-ils de mettre en doute le caractère humain de l'enfant avant sa naissance?

En médecine vétérinaire, personne ne se demande si un embryon de chien est animé d'une vie féline, ovine ou bovine.

Le produit de la procréation humaine est un être humain. Le caractère humain de l'embryon issu de la rencontre d'un homme et d'une femme n'a été mis en discussion que par ceux qui voulaient se fabriquer des prémisses pour «justifier» l'avortement ou des expériences sur les embryons.

Il est d'ailleurs significatif et révélateur que certains partisans de la «fivete» se disent moralement préoccupés par le sort des embryons restant in vitro et non transplantés in vivo.

Page suivante

Retour à la page "L'enfant non né".

Retour à la page "Sommaire".