La démocratie n'est donc possible que moyennant un minimum de moralité politique?

Dans toute société, il faut que les gens sachent ce qui favorise la vie ensemble et ce qui y fait obstacle. La malhonnêteté fait obstacle à la vie en bonne société; il faut en dire autant du viol. Il en va de même en ce qui concerne le meurtre, surtout lorsque la victime ne peut pas se défendre. La loi ne peut empêcher la transgression; mais elle la sanctionne; elle doit la sanctionner. Dans une société démocratique, il peut y avoir des circonstances atténuantes ou aggravantes au meurtre ou au viol, mais nul n'a le droit de violer, ni celui de tuer un innocent. L'avortement ne peut être considéré comme un droit de la femme. Ce n'est pas parce que la loi dit que le viol et le meurtre sont des crimes ou des délits que ces actions odieuses deviennent des crimes ou des délits. C'est parce que ces actions sont odieuses que la loi les punit.

Page suivante.

Retour à la page "La femme: épouse et mère".

Retour à la page "Sommaire".