La libéralisation de l'avortement ne doit-elle pas être considérée comme une étape importante dans la longue marche des femmes vers leur libération.

a) Avec les enfants non nés, les grandes victimes de l'avortement sont les femmes, meurtries dans leur corps et dans leur âme; les grands bénéficiaires des avortements, ce sont les hommes et ceux qui tirent un profit financier ou autre de ces opérations . La revendication de l'avortement libéralisé, voire libre sans plus, met dramatiquement en lumière les tendances phallocratiques de notre société.

b) Cette revendication montre une fois de plus que des femmes peuvent se rendre complices objectives des hommes qui s'ingénient à les exploiter. C'est en effet par un affreux paradoxe que des femmes s'associent à cette revendication. Ce sont en effet des hommes qui, insidieusement, mettent en avant de prétendus «droits» de la femme, alors qu'ils visent, eux, à maintenir sur celle-ci leur insouciante domination.

Page suivante.

Retour à la page "La femme: épouse et mère".

Retour à la page "Sommaire".