Lorsque la détresse de la femme est extrême, l'avortement ne peut-il, cependant, être considéré comme un moindre mal?

a) La morale commune et le bon sens ont pour maxime qu'entre deux maux inévitables, il faut choisir le moindre, et que la fin ne justifie pas les moyens, c'est-à-dire que l'on ne peut faire un mal pour qu'il en résulte un bien. Cette maxime très simple s'applique certainement ici. On ne peut tuer un enfant dans l'espoir que cela améliore la situation de sa mère ou cette de la société.

b) L'argument selon lequel il y aurait conflit de valeurs ne s'applique pas non plus. La vie est en effet le premier des biens, la première des valeurs qui conditionne l'accès à toutes les autres valeurs. Le droit à la vie de l'enfant passe avant tous les droits qu'a sa mère par rapport aux autres valeurs.

Bleu_intense62D5.gif (141 octets) Page suivante.

Bleu_intense62D5.gif (141 octets) Retour à la page "La femme: épouse et mère".

Bleu_intense62D5.gif (141 octets) Retour à la page "Sommaire".