ONU: une dérive idéologique

 

Recension par Denis Lensel de La face cachée de l'ONU

Le Figaro Magazine, 27-12-2000

 

         L'ONU, accuse Michel Schooyans, prend une orientation radicalement différente de l'humanisme altruiste affiché par ses principes fondateurs, et notamment par la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Désormais, les droits de l'homme sont définis par des conventions qui ont force de loi, et dont l'élaboration a pu donner lieu à toutes sortes de manipulations, au nom du consensus et du politiquement correct. Ainsi, en matière sexuelle, l'ONU institutionnalise des revendications qui font fi de la conception traditionnelle de la famille. Ce nouveau discours onusien, souligne Schooyans, favorise un individualisme extrême (avec une "arithmétique des intérêts et des plaisirs"), entraîne un comportement malthusien, suscite une transformation du droit qui "légitime le don de la mort", nourrit des attaques contre le mariage et la fécondité.

 

         Professeur émérite de philosophie politique à Louvain-la-Neuve, spécialiste des problèmes de développement du tiers-monde, membre de multiples académies et instituts, auteur d'une vingtaine de livres, Michel Schooyans fait partie des authentiques autorités intellectuelles et morales de notre temps, même si les médias l'ignorent. On lira avec d'autant plus d'intérêt sa critique de l'idéologie onusienne, qui "déifie la Terre et désacralise l'homme".

ph20