L'Église et la démographie

En quoi la contraception pratiquée par certains couples a-t-elle une dimension politique? N'est-ce pas une affaire purement privée? Avec sa morale, l'Église n'a-t-elle pas une lourde responsabilité dans la croissance démographique mondiale? Pourquoi beaucoup rejettent-ils le message de l'Église sur la misère du Tiers-Monde?
La morale conjugale de l'Église n'est-elle pas nataliste? D'après certains spécialistes, la position de l'Église en matière de contraception et de démographie va engendrer des conséquences dramatiques, et notamment des famines. Pourquoi instaurerait-on un "permis de procréer" dans les pays riches, où la dénatalité prend des proportions inquiétantes?
Où se trouve la source de l'enseignement de l'Église sur la population? N'est-ce pas dans une morale conjugale nataliste? L'Église ne néglige-t-elle pas complètement les problèmes démographiques, lorsqu'elle énonce ses beaux principes concernant le développement? En matière de démographie, les moralistes catholiques ne sont-ils pas de mauvaise foi? En effet, ils disent que le développement entraîne la chute de la natalité, mais ils occultent que cette chute de la natalité est obtenue, dans les pays développés, par des méthodes que l'Église condamne.
N'est-ce pas rêver que d'imaginer que les méthodes naturelles puissent être largement répandues et utilisées? N'est-ce pas de la naïveté - sinon de la provocation - de la part des chrétiens, que de préconiser le recours aux méthodes naturelles? Les discussions concernant les méthodes naturelles renvoient donc à une réflexion de fond sur le développement humain?
Quel est alors le cœur de cet enseignement social de l'Église sur la démographie? Pourquoi les idéologues de la sécurité démographique accordent-ils une grande attention aux problèmes écologiques?  

ph20

Si vous désirez télécharger cette série de textes, cliquez ici: L'Église et la démographie (fichier pdf)