Ne doit-on pas redouter une ingérence de la morale dans le domaine scientifique?

L'activité scientifique est un comportement typiquement humain; à ce titre, comme tout comportement humain, elle est subordonnée à des normes morales. Comme tout homme, le savant est un être moralement responsable. Il faut dénoncer le mythe de l'autonomie de la science poussée jusqu'à l'amoralisme scientifique. Sinon, on en arrive à une situation dans laquelle, ou bien le savant tire argument de son savoir et de son savoir-faire pour s'imposer aux autres, ou bien il se met à la solde de chefs politiques qui se servent d'eux. Le gouvernement des hommes ne saurait revenir à une technocratie médicale.

Page suivante

Retour à la page "Les acteurs: médecins et magistrats".

Retour à la page "Sommaire".