L'adoption offre-t-elle une "alternative" à l'avortement?

a) Si une mère ne se sent pas la force d'aimer et de rendre heureux son enfant, il y a tant et tant de couples et de femmes qui pleurent pour adopter un enfant, l'aimer et le rendre heureux…

b) Beaucoup de couples regrettent de ne pouvoir avoir d'enfants et désirent en adopter. Par ailleurs, beaucoup de femmes renonceraient à l'avortement si elles étaient mieux informées des possibilités de laisser leur enfant, dès sa naissance, à une famille qui le reconnaîtrait et l'aimerait comme sien. Faciliter les formalités pour faire adopter et pour adopter contribuerait donc à prévenir l'avortement, comme contribuerait à le faire la création d'une mentalité accueillante pour tous les enfants abandonnés, quelle que soit leur origine.

crab2.gif (4471 octets)

Retour à la page "Prévention - Répression - Adoption".

Retour à la page "Sommaire".