1

 

 

 

 

Diocèse et principauté


 

 

 

 

Le diocèse avant 1559, en couleur jaune

La principauté en 1366, en couleur mauve

evechecarte.JPG (19286 octets)

princarte2.JPG (16031 octets)


Origine et limites de la principauté :

La principauté de Liège a pour origine :

1° le déplacement du centre du diocèse de Tongres à Liège.

2° plus tard, après la conquête de la Lotharingie par le roi de Germanie,  l'élévation de domaines du diocèse en une souveraineté ecclésiastique, qui faisait de l'évêque à la fois le chef spirituel et temporel, relevant de l'empire.

Ainsi, l'évêque était le chef spirituel sur l'étendue de tout son diocèse mais ne possédait des droits régaliens que sur les domaines qu'il avait acquis ou qui lui avaient été cédés, droits confirmés, dans les premiers siècles, par les empereurs.

On voit tout de suite que la principauté (où l'évêque possède des droits régaliens) ne couvrait pas l'ensemble des territoires du diocèse. Elle était inclue dans celui-ci, en débordant par endroit.

Chronologie :

Tongres étant devenue une ville importante dans l'empire romain, il est naturel que les successeurs des Apôtres qui y prêchaient l'évangile en firent le siège d'un évêque.

Le territoire de la principauté de Liège étant constitué, à l'origine, de domaines de l'ancien diocèse de Tongres, devenu officiellement celui de Liège à partir de l'évêque RICHER (920-945), il est naturel que la chronologie prenne comme point de départ le premier évêque connu à Tongres.

Certains événements qui, bien que ne la concernant pas, ont pu avoir une influence, parfois indirecte, sur son histoire sont écrits en vert. 

Il s'agit notamment d'événements relatifs à l'empire, à la papauté, au métropolitain de l'évêque, l'archevêque de Cologne, aux féodaux du diocèse, à ses voisins et aux nombreux ordres religieux et abbayes du diocèse. 

Les événements et les dates contestés, douteux ou incertains sont écrits petits caractères.

Les dates entre parenthèses ont également des défenseurs.

Pourquoi cet essai de Chronologie ?

J'ai pu constater au cours de recherches que si de nombreuses sources littéraires donnent une bonne vision de l'histoire liégeoise, beaucoup manquent terriblement de rigueur quant aux dates.

Ce travail, qui n'est certes pas parfait, loin de là, ne devrait cependant pas rester immuable. C'est pourquoi, j'espère, avec votre collaboration, qu'il pourrait devenir un travail collectif, permettant de dater le plus précisément possible, d'après les différentes sources, qui pourraient, peut-être, être indiquées lorsqu'elles divergent, tous les faits ayant eu une quelconque importance historique sur ou dans le pays de Liège.

Mais, il est et doit rester une simple chronologie.

"Certes, l'histoire se saurait être impartiale. Dès qu'elle cesse d'être sèche chronique, elle devient jugement. Car je puis bien dire que Richelieu est mort en 1642, qu'il a conclu tel et tel traité en telle et telle année, etc. Mais dès que j'entreprends d'apprécier sa politique, je me constitue en juge, ..."

Jean-Jouis Cornuz dans l'avant-propos de Cinq-Mars d'Alfred de Vigny, p.16

Les événements importants de cette chronologie ont été illustrés par des extraits d'œuvres d'historiens renommés par leurs travaux relatifs à l'histoire de la principauté de Liège, tels Borgnet, Daris, De BormanDe Gerlache, Henaux, Kurth, Magnette,  Pirenne, Polain, etc. Le lecteur pourra ainsi se rendre compte des divergences d'opinion ou de jugement qui existent dans leurs écrits et se faire une opinion personnelle sur le sujet.

Nous regrettons cependant de ne pas avoir pu retracer l'opinion d'historiens plus modernes, faute de devoir obtenir l'autorisation de chaque auteur sur  les extraits de leurs œuvres qui auraient pu figurer dans ce travail.

Claude Mélard

 

 

07/01/2013