2


 

 

 

 


De la fondation de la ville à la cité épiscopale


 

 

 

A l'endroit où va se développer la ville de Liège, a existé une VILLA romaine. C'est près de celle-ci ou de ce qui en restait que saint Lambert, évêque du diocèse de Tongres, qui réside habituellement à Maastricht, va s'installer, dans une maison construite sur des terres que ses prédécesseurs ont probablement reçu des rois francs.

 

 

vers 670 - (696) 700-705 (17 septembre)

 

Saint Lambert
Issu de la noblesse Maastrichtoise. Serait né dans cette ville vers 636. Confié à l'évêque Théodard pour son instruction religieuse. Élu évêque à la mort de celui-ci, élection confirmée par le roi d'Austrasie Childéric II (656-675).
Saint Lambert aurait fait transporter à Liège les restes mortels de son prédécesseur saint Théodard. Ils auraient été inhumés dans un oratoire dédié à la Vierge (première église de Liège), érigé près de la résidence que possédait saint Lambert à Liège, et qui serait devenu Notre-Dame-aux-Fonts, église paroissiale de la Cité sous saint Hubert.
entre 670 et 690 Saint Hadelin fonde un monastère à Celles.
675 Assassinat du roi Childéric II.
Sous l'influence d'Ebroïn, maire du Palais de Neustrie, saint Lambert est destitué. Il se réfugie à l'abbaye de Stavelot où il séjourne 7 ans.
  Pharamond évêque.
678 Martyr et mort de saint Léger, évêque d'Autun.
679-714 Pépin de Herstal, maire du palais d'Austrasie. Aurait fait bâtir Château-neuf dans les limites de son domaine de Jupille, plus tard appelé Chèvremont. Construction du monastère de Chèvremont et de l'église Notre-Dame dans l'enceinte du château.
680 (7 novembre)-681 (16 septembre) Troisième concile de Constantinople (sixième concile œcuménique).
vers 682 Assassinat d'Ebroïn, maire du Palais. Pharamond est chassé et Lambert regagne son siège épiscopal.
Évangélise Visé et la Toxandrie (Campine).
Sainte Ode lègue son domaine d'Amay à l'église.
après 689 Saint Ursmer, abbé de Lobbes. On lui doit l'église Notre-Dame, devenue par la suite, l'église Saint-Ursmer.
691 Sainte Begge, fille de Pepin de Landen, épouse d'Anségise et mère de Pépin de Herstal fonde le monastère d'Andenne. Elle s'y retire et y meurt en 693.
691-695 Clovis III ou IV (691-695) confirme à l'église Notre-Dame de Tongres ses possessions avec la jouissance de l'immunité, donc Liège, qui devient territoire de l'évêque, mais qui n'est pas encore devenu le VICUS LEUDICUS, que la mort de saint Lambert va engendrer.
696 Fondation de l'évêché d'Utrecht par le pape Sergius Ier (687-701); saint Willibrord, 1er évêque (696-739).
(696) 700-705 (17 septembre) Assassinat de Lambert, à Liège, par Dodon (plusieurs mobiles ont été avancés). Il est inhumé à Maastricht dans l'église Saint-Pierre.
L'assassinat de saint Lambert à Liège est un des événements les plus considérables de l'histoire de Liège. Canonisé par la voix populaire, le lieu du martyr de saint Lambert devient un lieu de pèlerinage et un petit bourg - LE VICUS LEUDICUS - qui va se transformer, déjà sous son successeur, en une cité importante.
C'est l'époque du culte des reliques et de la coutume des pèlerinages.
début du VIIIe siècle Composition de la vie primitive de saint Servais, connue sous l'appellation de "Gesta antiquissima Servatii", dont une grande partie serait une compilation du chapitre relatif à saint Servais de l'"Historia ecclesiastica Francorum" de saint Grégoire de Tours.

RÉSIDENCE PRINCIPALE DES ÉVÊQUES A LIÈGE

706-727 (30 mai) (3 novembre) Saint Hubert
Pour certains, originaire d'Aquitaine, mais plus vraisemblablement du pays. N'est pas démuni, possède plusieurs maisons. Évangélise le Brabant, la Campine et l'Ardenne.
Pour certains, il aurait introduit un système de poids et mesures : la livre pour les matières solides, le pot (1,27 l) pour les liquides, le muid (245,24 l) pour les graines; pour d'autres, il s'agirait là d'une légende.
Est mort à Tervuren.
Saint Hubert fut un prélat autour duquel s'est élaboré un très grand nombre de légendes.
vers (704) 706 Fondation du monastère d'Andage, qui prendra insensiblement le nom de Saint-Hubert, par un prêtre de Saint-Trond, saint Bérégise, qui y place des chanoines réguliers.
vers 712 Saint Ermin, abbé de Lobbes.
714 Première église Saint-Lambert à Liège aux environs des lieux du martyr du saint (20 chanoines).
(714)   selon G. d'Orval Érection de l'église Saint-Pierre (en face du palais provincial actuel), troisième église de Liège (confiée pour un siècle, selon G. Kurth, à des moines bénédictins, mais contesté par d'autres).
714 Assassinat à Liège, par un Frisson, de Grimoald, fils de Pépin de Herstal.
714-741 Charles Martel, fils naturel de Pépin de Herstal, maire du palais.
717 ou 718 (24 décembre) La dépouille de saint Lambert est ramenée à Liège et déposée dans la nouvelle basilique.
vers 718 Composition, probablement par un membre du clergé de Maastricht, du "Vita Lamberti", biographie la plus ancienne de saint Lambert, qui connaîtra plusieurs remaniements.
722 Charles Martel réside à Liège.
Érection et consécration de Sainte-Balbise, oratoire (à Sainte-Walburge).
Bien que saint Hubert fixe sa résidence à Liège, rien n'atteste qu'il ait voulu y faire le centre du diocèse.
727 Mort de saint Hubert à Tervuren, dans une région qu'il voulait achever d'évangéliser. Son corps est ramené à Liège et enseveli dans l'église Saint-Pierre.
727-746 Saint Floribert
Serait le fils de saint Hubert. Ajoute 10 chanoines à l'église Saint Lambert (20+10=30).
vers 728 Deux sœurs Harlinde et Relinde fondent à Eik le monastère d'Aldeneik.
vers 730 Pour certains le diacre de Liège Godeschalc aurait remanié le "Vita Lamberti", composé vers 718; pour d'autres, ce fut sous l'épiscopat d'Agilfrid, et pour d'autres encore, ce remaniement aurait eu lieu au XIIe siècle.
732 Charles Martel arrête les Arabes à Poitiers.
741 Mort de Charles Martel : partage de son domaine entre ses trois fils : Pépin (714-768) (Neustrie, Bourgogne, Provence), Carloman (Austrasie, Alémanie,  Thuringe) et Griffon.

Pépin et Carloman contre leur demi-frère Griffon. Griffon prisonnier à Laon et enfermé à Château-neuf.

vers 742 Naissance de Charlemagne dans les environs de. Liège.
742 Carloman fait appel à saint Boniface pour réformer le clergé franc.
743 (3 novembre) Carloman est à Liège lors de l'élévation des reliques de saint Hubert.
entre 743 et 750 Composition du "Vita Huberti", biographie de saint Hubert par un auteur anonyme, probablement contemporain du saint.
746 (25 avril) Mort de saint Foribert. Il est enterré dans la cathédrale.
746-765 ou 768 Fulcaire
Premier prélat du diocèse à n'avoir pas été canoniser. C'est sous son épiscopat que l'évêché, qui relevait de la métropole de Trèves, puis de Mayence, passe à celle de Cologne.
747 Carloman séjourne dans son domaine de Wasseiges.
747 Abdication de Carloman, qui devient moine bénédictin au Mont-Cassin. Pépin, seul maire du palais d'Austrasie et de Neustrie.
entre 750 et 768 Anson, de l'abbaye de Lobbes, l'écrivain le plus ancien connu, compose le "Vita Ermini", biographie de saint Ermin, abbé de Lobbes (v.712-v.737).
(751) 752 Avènement des Carolingiens. Pépin le Bref  (751/752-768) proclamé roi à Soissons et sacré par saint Boniface, devenu archevêque de Mayence.
752 Pépin le Bref séjourne à Herstal.
760 Pépin le Bref séjourne à Jupille.
768 (24 septembre) Mort de Pépin le Bref. Avènement de Charlemagne (768-814).
entre 768 et 814 Remaniement de l'ancienne biographie de saint Servais, probablement par un chanoine de Saint-Servais de Maastricht, remaniement connu sous l'appellation de "Gesta antiquiora Servatii".
765 ou 769-784 ou 787 Agilfrid
Moine de Saint-Amand. Abbé de Saint-Bavon de Gand. Doit l'évêché à Charlemagne.
Suppression des chorévêques. Apparition de l'archiprêtre, des doyens et de l'archidiacre.
Didier, roi des Lombards, aurait été confié à sa garde par Charlemagne.
entre 768 et 791 Le diacre Donat, de l'église de Metz, originaire de Hesbaye, écrit, à la demande de son évêque Angelran, le "Vita Trudonis", une biographie de saint Trudon.
770-784 Charlemagne réside à Herstal. Célèbre les fêtes de Pâques à Liège en 770 et à Herstal en 771, 772, 773, 779, 784 et 798. Passe la Noël à Herstal en 772 et les hivers 776, 778 et 783.
Avant 776 Anson écrit, à la demande de son abbé Théodulf,  le "Vita Ursmari", biographie de saint Ursmer, abbé de Lobbes (v.689-v.712).
776 Anson, succède à Théodulf comme abbé de Lobbes.
785 ou 787-810 (809) Gerbald
Conseillé de Charlemagne.
787 (24 septembre-23 octobre) Deuxième concile de Nicée (septième concile oecuménique)
794 Aix-la-Chapelle, préférée pour ses eaux thermales,   capitale du royaume de Charlemagne.
vers 799 Construction de l'église Saint-Martin de Visé.
800 (25 décembre) Couronnement impérial de Charlemagne, à Rome,  par le pape saint Léon III (795-816).
801 Première invasion connue de la peste à Liège.
802 Charlemagne décrète l'instruction obligatoire.
804 Gerbald envoie une circulaire à tous les prêtres du diocèse. Cette circulaire contient les prescriptions de Charlemagne relatives aux études du clergé et nous renseigne sur les régions du diocèse à cette époque : les PAGI de Condroz, de Lomme (futur Namurois), de Hesbaye et d'Ardenne. La Famenne, qui n'est pas citée, a toujours dépendu du Condroz et la Toxandrie (Campine) semble n'avoir été incorporée au diocèse qu'un peu plus tard, au cours du IXe siècle.
807 Charlemagne à Liège, à la fête des Rois.
810-831 (836) Walcaud
Serait originaire de la Famenne. Reçoit l'évêché de Charlemagne.
813 Charlemagne à Liège.
814 (28 janvier) Mort de Charlemagne à Aix-la-Chapelle. Selon Eginhard, Walcaud au nombre de ses exécuteurs testamentaires. Louis le Pieux ou le Débonnaire (814-840), fils de Charlemagne, lui succède.
814 Louis le Débonnaire à Liège.
816 Fondation de la collégiale de Lobbes.
(816) 817 Walcaud participe au Concile d'Aix-la-Chapelle :  La règle canoniale est codifiée. Chaque évêque a un hospice pour les pauvres et les étrangers. Les chanoines mènent la vie commune sous la direction de l'évêque ou de son remplaçant, le prévôt ou l'abbé. Ils sont admis en nombre proportionné aux revenus de l'église.
Ce serait en vertu de la décision du concile d'Aix-la-Chapelle que Walcaud aurait créé l'hospice Saint-Lambert, appelé hospice à la Chaîne.
817 Charte de Walcaud qui nous apprend que l'évêque disposait déjà de biens à Tongres, à Maastricht, à Huy, à Dinant, à Ciney et l'abbaye de Saint-Hubert.
817 Walcaud remplace les prêtres séculiers d'Andage (Saint-Hubert) par des moines bénédictins.
820 Louis le Pieux séjourne dans son domaine de Theux.
820 Apparition des premiers Normands dans le diocèse.
823 Louis le Débonnaire à Liège.
824 Contrôle impérial sur l'élection pontificale.
825 (21 septembre) Transfert des reliques de saint Hubert au monastère d'Andage qui prend le nom de Saint-Hubert.
vers 825 A la demande de Walcaud, Jonas, évêque d'Orléans, remanie le "Vita Huberti", composé entre 743 et 750, sans en modifier le fond. Il y ajoute le récit de la translation de saint Hubert, qui eut lieu en 825.
827 Louis le Pieux séjourne dans son domaine de Theux.
829 Concile de Paris : définition du rôle privilégié des évêques.
831 Louis le Débonnaire à Liège.
831 L'évêché obtient Ville-en-Hesbaye.
  Walcaud aurait été enterré à Serinchamps.
832 (836) - 840 (842) Pirard
835 A la demande du pape Grégoire IV (828-844), Louis le Débonnaire ou le Pieux décrète que la fête de la Toussaint sera célébrée le 1er novembre. Pirard, 1er évêque du diocèse à la célébrer.
836 Les Normands s'établissent dans l'île de Noirmoutier (Vendée) et dans l'île de Walcheren (Frise).
840 (20 juin) Mort de Louis le Pieux.
vers 840-845 Composition du premier livre du "Miraculo S. Huberti"; pour certains, par Jonas d'Orléans, pour d'autres, par un contemporain.
(840) 841-855 Hartgar
Ami et conseillé de Lothaire Ier (840-855).
entre 841-851 Séjour à Liège du poète irlandais Sédulius Scotus qui a fui son pays, menacé par les normands. Il nous apprend notamment la construction du palais épiscopal sous Hartgar.
843

DIVISION DE L'EMPIRE DE CHARLEMAGNE

843 (11 août) Traité de Verdun : partage de l'empire de Charlemagne entre les trois fils de Louis le Débonnaire.
-  Lothaire (840-855), l'aîné, reçoit le titre impérial et la Francie médiane, s'étendant de la Frise à l'Italie.
- Louis le Germanique (840-876) reçoit la Francie orientale
- Charles le Chauve (840-877) reçoit la Francie occidentale, de l'Escaut aux Pyrénées.

Le diocèse dans la Francie médiane.
845 Hartgar devient également abbé de Stavelot-Malmedy.
vers 850 Les pagi divisés en comtés.
vers 850 Un moine de Stavelot rédige le "Vita Remacli", en deux parties : quelques faits de la vie de saint Remacle et la fondation des monastères de Stavelot et de Malmedy.
entre 851 et vers 861 Un moine de Stavelot compose le premier livre du "Miraculo S. Remacli".
851 ou 852 Hartgar aurait vaincu des Normands sur le Rhin.
854 (février) L'empereur Lothaire réside à Château-neuf (Chèvremont). Alliance entre Charles et Lothaire contre Louis.

NAISSANCE DE LA LOTHARINGIE

855 (29 septembre) Mort de l'empereur Lothaire Ier,  nouveau partage entre ses fils :
- l'aîné, Louis II (855-875), reçoit la couronne impériale et l'Italie,

- le deuxième, Lothaire II (855-869), la partie Nord, de la Frise à la Suisse, qui devient le royaume de Lothaire II et à sa mort la Lotharingie,
- le troisième, Charles (855-863), la Provence et la Bourgogne.

Le diocèse  fait partie de la Lotharingie et suivra les vicissitudes de cet état tantôt indépendant, tantôt rattaché à la France, tantôt rattaché à la Germanie.

856-900 (901) (903) (904) Francon
Abbé de Lobbes; sorti de l'école du palais de Charlemagne. Donne une impulsion aux sciences et aux lettres. Fonde une école fameuse qui se perpétra sous ses successeurs. Devra faire face à l'invasion normande du diocèse.
858 (mai) Liège dévastée par l'inondation.
860 (22 mars) Translation des reliques des deux sœurs saintes Harlinde et Relinde, fondatrices, vers 728, du monastère d'Aldeneik.
vers 860 Un auteur anonyme écrit la vie des saintes Harlinde et Relinde et nous fait connaître l'origine de leur abbaye.
862 Le roi Lothaire II   (855-869) réside à Château-neuf (Chèvremont).
862-879 Baudouin Ier Bras-de-fer (?-879), gendre du roi Charles le Chauve, premier comte de Flandre.
863 Mort de Charles de Provence : Lothaire II et l'empereur Louis II se partagent sa succession.
869 Mort de Lothaire II :  ses possessions sont occupées par Charles le Chauve.
869 (5 octobre) - 870 (28 février) Quatrième concile de Constantinople (huitième concile œcuménique).
vers 870 Le plus ancien pagus de Hesbaye divisé en comtés.
vers 870 Pour certains : première construction de l'abbaye bénédictine de Saint-Laurent.

PARTAGE DE LA LOTHARINGIE ENTRE LA FRANCE ET LA GERMANIE

870 (août)

 

Traité de Meersen : partage du royaume de Lothaire II entre les frères de Lothaire Ier : Louis le Germanique et Charles le Chauve.
- Louis le Germanique reçoit la partie orientale de la Lotharingie avec la Frise, Aix-la-Chapelle, Stavelot, Metz, Strasbourg et Bâle. Il y reconnaît de 872 à 875 la souveraineté nominale de l'empereur Louis II.
- Charles le Chauve conserve la partie occidentale de la Lotharingie avec Liège, Visé et Maastricht.

Le diocèse, dont le chef-lieu est mentionné sous le nom de Tungris, est pour partie en France, pour partie en Germanie.
874 (décembre) Louis le Germanique et Charles le Chauve se rencontrent à Liège.
875 Mort de l'empereur Louis II. Charles le Chauve couronné empereur par le pape Jean VIII (872-882). Il obtient l'Italie, la Provence et la Bourgogne transjurane.
876 Mort de Louis le Germanique : ses états sont partagés entre ses trois fils :
- Le Nord : partie orientale de la Lotharingie, Saxe, Franconie, Thuringe, Frise à Louis le Jeune (876-882).
- Le centre : Alamannie, Souabe, Rhétie, Alsace et Bourgogne à Charles le Gros (876-887)
- Le Sud : Bavière, Carinthie, Pannonie (Hongrie) à Carloman de Bavière (876-878).
877 Mort de Charles le Chauve. Sa succession à son fils Louis le Bègue (877-879).
Carloman de Bavière, fils de Louis le Germanique, s'empare de l'Italie.
878 Mort de Carloman de Bavière : ses possessions et l'Italie à son frère Charles le Gros.
880-980 Siècle de construction des châteaux-forts.
Autonomie croissante des comtes (fonctionnaires du roi, chargés d'administrer des territoires appelés PAGI) qui, considérant leur comté comme leur domaine, règlent à leur gré la monnaie, le marché, le tonlieu...

LA LOTHARINGIE RÉUNIFIÉE APPARTIENT PRESQUE ENTIÈREMENT A LA GERMANIE

880 Traité de Ribemont : Louis III  (879-882) et Carloman (879-884), fils de Louis le Bègue, cèdent à Louis le Jeune (876-882) la partie occidentale de la Lotharingie. La Lotharingie réunifiée est rattachée à la Germanie.
Le diocèse fait partie de la Germanie.
881 Charles le Gros élu empereur.
881 Les Normands s'emparent d'Elsloo et y font un camp retranché.
881 (882) (décembre) Liège ravagée par les Normands. Tout le diocèse n'est qu'une ruine. Destruction de l'abbaye Saint-Laurent (pour certains, elle aurait été fondée plus tard, par Eracle) et des trois églises consacrées à Saint-Lambert (celle construite sous saint Hubert), à Saint-Pierre et à Notre-Dame. Destruction des abbayes de Stavelot et Malmedy. Les moines de Stavelot se réfugient à Château-neuf (Chèvremont).
882 Première mention de Liège = civitas (siège d'un évêque).
vers juin 882 L'empereur Charles le Gros et Francon au siège d'Ascloha (Elsloo), près de Maastricht, tenue par les Normands. Ils ne parviennent pas à les expulser. Charles le Gros achète leur départ.
882 Mort de Louis le Jeune. Son frère, l'empereur Charles le Gros, lui succède.
884 (décembre) Charles le Gros proclamé en France, à la mort de Carloman. L'empire de Charlemagne est reconstitué à l'exception de la Provence et de la Bourgogne transjurane.
884 L'évêque reçoit le domaine de Maidières (évêché de Metz) de l'empereur Charles le Gros (882-888), ainsi que les serfs qui dépendaient du domaine du fisc - les fiscalins -  et qui relevaient de lui, à Tongres et à Liège.
885 Les Normands attaquent de nouveau Liège. Ils sont repoussés.
887 Diète de Tribur (Mayence). L'empereur Charles le Gros est déposé. Arnoul de Carinthie (887-899), fils bâtard de Carloman de Bavière, proclamé en Germanie, Lotharingie et Italie. Eudes (887-898), élu en France.
888 (889) (15 novembre) Francon reçoit l'abbaye de Lobbes (qui fait partie du diocèse de Cambrai), avec le château de Thuin et 174 villages, dont 153 dans le diocèse de Liège.
888 L'évêque reçoit Lustin.
888 (13 juin) Le roi Arnoul de Carinthie confirme à l'église Sainte-Marie d'Aix-la-Chapelle une donation faite par Lothaire II dont : Aix-la-Chapelle, Meersen, Elsloo, Theux, Sprimont, Esneux, Herstal, Jupille, Baelen, Bastogne, Paliseul.  
891 Nouvelle incursion des Normands. Ils sont à nouveau repoussés et pillent Aix-la-Chapelle.
891 (3 août) (1 septembre) Francon, Régnier au Long Col, comte de Hainaut, et le roi Arnoul de Carinthie défont les Normands à Louvain.
892 Grande famine en Lotharingie.
894 Charles le Simple restitue à l'évêque Francon la terre d'Arches (Charleville).

LA LOTHARINGIE RETROUVE SON AUTONOMIE NATIONALE

894 Zwentibold (894-900), fils bâtard du roi Arnoul de Carinthie, roi de Lotharingie.
Le diocèse fait partie du royaume de Lotharingie.
896 (22 février) Arnoul de Carinthie sacré empereur par le pape Formose (891-896).
898 Don du monastère de Fosse à Saint-Lambert par l'abbesse Gisèle, fille du roi Lothaire II.
898 (08 octobre) Don de Theux et ses dépendances à la cathédrale de Liège par le roi Zwentibold de Lotharingie.
899 Mort de l'empereur Arnoul de Carinthie. Son fils, Louis l'Enfant (899-911), roi de Germanie.
900 Mort du roi Zwentibold de Lotharingie dans sa lutte contre la puissante féodalité Lotharingienne, emmenée par Régnier au Long Col.

LA LOTHARINGIE RATTACHÉE A LA GERMANIE

900-911 La Lotharingie est rattachée à la Germanie de Louis IV l'Enfant (900-911).  Création du duché de Lotharingie ou de Lorraine dont le gouvernement est confié au comte Gebhard de Franconie (mort le 22 juin 910), qui porta le titre ducal, et à son frère Conrad.

RÉSIDENCE DÉFINITIVE DES ÉVÊQUES A LIÈGE

901 (903) (904) -920

 

Etienne (né vers 850)
Chanoine de la cathédrale de Metz et abbé de Saint-Michel, près de Verdun. Devient également abbé de Lobbes.
Compose les premiers documents musicaux connus du pays de Liège et renouvelle le chant de l'office.
Compose le
Magna Vox qui demeura le chant national liégeois jusqu'à la fin de la principauté.
Écrit, d'après la biographie primitive (vers 718), une vie de saint Lamber
t, en améliorant la qualité du style et de la langue.
Cette biographie fut traduite en français, début du XIIIe siècle.
Compose également un office en l'honneur du saint.
Est également l'auteur d'un
LIBER CAPITULARIS, recueil de textes liturgiques.
Un clerc, pour certains, l'ami et collaborateur d'Etienne, Hucbald de Saint-Amand, compose d'après la biographie primitive (vers 718), dont il ajoute quelques détails, une vie en vers de saint Lambert.
901 Reconstruction de l'abbatiale de Lobbes, édifiée par saint Ursmer sur l'emplacement de l'ancienne chapelle de saint Landelin.
901-906 Louis L'Aveugle ou de Provence, empereur.
908 ((18) 28 janvier) Louis IV l'Enfant décrète que toutes les donations faites antérieurement à l'église de Tongres soient considérées comme ayant été faites à Saint-Lambert, dont monnaie, marché et tonlieu à Maastricht.
Reçoit l'abbaye de Herbitzheim (Basse Alsace - diocèse de Metz).
911-923

LA LOTHARINGIE RATTACHÉE A LA FRANCE

911 Mort de Louis IV l'Enfant, dernier Carolingien de Germanie. Conrad de Franconie (911-918) lui succède.
Traité de Saint-Clair-sur-Epte : la Lotharingie se donne à Charles le Simple (893/898-923).

Le diocèse fait partie de la France.
911-915 Charles le Simple accorde à Etienne l'abbaye de Hastière et lui confirme la possession de celle de Malines.
915 Gislebert succède à Régnier au Long Col.  Il reçoit ou s'arroge le titre de duc de Lotharingie. Il devient également abbé de Stavelot.
915 (25 août) Charles le Simple complète la donation de Zwentibold en donnant l'immense forêt de Theux à Etienne et ratifie la donation de l'abbaye de Saint Rombaut à Malines.
918-923 Révolte de Gislebert contre Charles le Simple.
(914) 919 Saint Gérard de Brogne fonde sur ses terres un monastère dont il devient le premier abbé en 923 et dont les moines devaient suivre la règle de saint Benoît.
919 Henri Ier l'Oiseleur, roi de Germanie.
920 Mort d'Etienne.
920 Hilduin, clerc du diocèse, soutenu par le principal représentant de l'aristocratie Lotharingienne, le duc Gislebert (915-939) et par le roi de Germanie est élu et sacré par l'archevêque Herman de Cologne (890-925). Charles le Simple, avec l'appui du pape Jean X (914-928) qui excommunie et destitue Hilduin, nomme :
920-945 Richer
Abbé de Prüm, qui est consacré par le pape. Il devient également abbé de Lobbes.
920 Consécration de l'église abbatiale de Lobbes.
922 Le duc Gislebert de Lotharingie occupe le château de Chèvremont et tient tête au roi Charles le Simple.
922 (932) Restaure Saint-Lambert. Ajoute 10 chanoines à la cathédrale (20+10+10=40). Réédifie et agrandit l'église Saint-Pierre; la transforme en collégiale. Remplace les bénédictins par un chapitre de 30 chanoines.
Pour certains, aurait fondé les églises Saint-Martin-en-Isle (démolie en 1798),   Saint-Etienne (démolie en 1806) et Saint-Servais (933, 935 ou 941), bien qu'il soit généralement admis qu'il n'existait que deux églises paroissiales à la mort de Notger (1008) : Notre-Dame aux Fonts, pour la Cité, et Saint-Adalbert de Prague, pour l'Ile.

LA LOTHARINGIE DÉFINITIVEMENT A LA GERMANIE

923 Charles le Simple est capturé par Herbert de Vermandois et emprisonné. La féodalité Lotharingienne sous la direction du duc Gislebert offre la souveraineté de la Lotharingie au roi de Germanie Henri Ier l'Oiseleur (919-936). Le diocèse de Liège enclavé dans la Germanie.

L'ÉVÊCHÉ DE LIÈGE

C'est sous l'épiscopat de Richer que l'on trouve le premier diplôme avec la mention "évêque de Liège". Jusque là, les évêques, bien que résidant à Liège, continuaient à s'intituler "évêque de Tongres" ou "évêque des Tongrois". Ils portaient le titre d'EPISCOPUS TUNGRENSIS.
930 Richer change les statuts de l'abbaye d'Aldeneik : les religieuses sont remplacées par des chanoines, sous la direction d'un abbé.
933 Richer assiège le château d'Arches (Charleville).
934 Un collège de chanoines au monastère de Celles.
entre 935 et 937 Un moine du monastère de Brogne écrit le "Translatio S. Eugeni", qui raconte la translation des reliques de saint Eugène, que complète un second auteur.

 

 

09/01/2013