1

 

 

 

 

Les Bonnes Villes

Liege.JPG (2984 octets)

 

Tongres.JPG (2081 octets)

 

Huy.JPG (2678 octets)

 

Dinant.JPG (2069 octets)

 

Ciney.JPG (2543 octets)

Liège

Tongres

Huy

Dinant

Ciney

 

Thuin.JPG (3012 octets)

 

Fosses.JPG (2151 octets)

 

Couvun.JPG (1766 octets)

 

Chatelet.JPG (2623 octets)

 

Saint-Trond.JPG (2140 octets)

Thuin

Fosses

Couvin

Châtelet

Saint-Trond

 

Vise.JPG (2268 octets)

 

Waremme.JPG (2767 octets)

Looz.JPG (2317 octets)

 

Hasselt.JPG (2548 octets)

 

Maseick.JPG (2157 octets)

Visé

Waremme

Looz

Hasselt

Maeseyck

 

Bilzen.JPG (2626 octets)

 

Beringen.JPG (2314 octets)

 

Herck.JPG (2694 octets)

 

Bree.JPG (2345 octets)

 

Stockem.JPG (2654 octets)

Bilsen

Beringen

Herck

Brée

Stockheim

 

Hamont.JPG (2682 octets)

 

Peer.JPG (2742 octets)

 

Verviers.JPG (2743 octets)

Hamont

Peer

Verviers

 

Maastricht.JPG (2581 octets)

Bouillon.JPG (2559 octets)

Maastricht

Bouillon

Armes des Bonnes Villes extraites d'un manuscrit du XVIe siècle : "Chronique liégeoise jusqu'à l'an 1654"
Nombre

Dans la principauté de Liège, on dénombrait vingt-trois Bonnes Villes (onze wallonnes et douze flamandes). On leur adjoint Maastricht et Bouillon, qui n'avaient pas ce statut parce que, bien que faisant partie du territoire liégeois (Maastricht pour moitié; Bouillon jusqu'au traité de Nimègue de 1679), elles n'envoyaient pas de représentants au Tiers-État.

Préséance :

Le tableau ci-dessus reprend les Bonnes Villes dans l'ordre de leur préséance, c'est-à-dire dans l'ordre de leur ancienneté comme Bonnes Villes.

Conditions :

Pour pouvoir obtenir le statut de Bonne Ville, il fallait :
- avoir une représentation au Tiers-État,
- être entourée de murailles ou d'une enceinte fortifiée en défendant l'accès.

Représentation :

Les bourgmestres des Bonnes Villes (généralement deux par ville) les représentaient au Tiers-État qui, depuis la Paix de Fexhe de 1316, avec l'État primaire (chapitre de la cathédrale) et l'État noble exerçaient le pouvoir législatif de la principauté collectivement avec le prince-évêque.
L'unanimité des trois États était requise pour qu'une proposition devint loi. D'où l'adage : "Un état, deux états, point d'état; trois états, un état". Les "Journées d'État", ordinairement deux fois l'an, avaient une durée de dix jours. 

 

 

07/01/2013