1


 

 

 




 

Georges d'Autriche


 

 

 

 

Georges_d_Autriche.jpg (23946 octets)

Auteurs :

 

Retour :

 

Georges d'Autriche (1544-1557)

 

 

 

 

S. Bormans
Biographie nationale T. VII, pp. 611 et suiv.
publiée par l'Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 1897.

GEORGES D'AUTRICHE prince-évêque de Liège, né en 1504, mort dans sa ville épiscopale le 5 mai 1557, était fils naturel de l'empereur Maximilien Ier et d'une dame noble de la famille hongroise de Walga. Le pape Adrien VI lui ayant accordé les dispenses nécessaires à tout bâtard pour être reçu dans les ordres, il fut créé évêque de Brixen, dans le Tyrol, le 21 octobre 1525, puis archevêque de Valence, en Espagne, le 12 janvier 1539. Corneille de Berghes occupait alors le siège épiscopal de Liège, sur lequel l'avait porté, en 1538, l'influence de Charles-Quint. Le pays de Liége se trouvant pour ainsi dire enclavé dans les Pays-Bas, l'empereur, presque continuellement en guerre avec la France, avait le plus grand intérêt à voir à la tête de cette principauté des hommes dévoués à la maison d'Autriche. Cette considération avait pour lui une telle importance que, craignant d'être surpris par les circonstances et de voir, au dernier moment, surgir des compétitions dont l'issue aurait pu être contraire à sa politique, il songea, dès l'année 1540, à préparer un successeur à Corneille de Berghes. Ce fut sur Georges d'Autriche, son neveu, qu'il jeta les yeux. Il commença par demander pour lui, le 27 décembre, un canonicat de la cathédrale ; le vice de la naissance de Georges, prévu par les statuts de cette église, suscita des difficultés qui ne furent levées qu'après un an : sa provision, comme chanoine et comme prébendier de Saint-Lambert, date du 31 décembre 1541. Cependant, le 3 janvier de cette année, sous prétexte de prévenir les intrigues qui se représentaient chaque fois qu'il y avait lieu d'élire un nouvel évêque, Charles-Quint fit demander au chapitre de Liége, par Corneille de Berghes lui-même, dans lequel il trouvait un appui complaisant, de lui donner Georges d'Autriche en qualité de coadjuteur, cum jure succedendi. Ce ne fut pas sans une certaine répugnance que les chanoines de Saint-Lambert, qui voyaient dans l'initiative de l'empereur une atteinte portée à leur droit d'élection, donnèrent leur consentement à ce projet, qui fut confirmé par le pape le 23 février (1). Charles-Quint lui ayant aussitôt mandé de venir occuper son poste, Georges quitta l'Espagne au mois d'août et se mit en route pour la France. Mais comme la guerre venait de recommencer, à son insu, entre ce pays et l'Empire, François Ier le fit arrêter et jeter dans les prisons de Lyon. Sa captivité dura vingt-deux mois (2), car, dit Chapeauville, le roi de France espérait que, dans l'entre-temps, les événements amèneraient sur le siège de Liège un prélat favorable à sa cause. Remis enfin en liberté, moyennant une rançon de trente et un mille écus d'or, Georges d'Autriche arriva à Bruxelles dans la première moitié de juin 1543 ; le 18 de ce mois, les chanoines lui députèrent deux archidiacres pour lui offrir les félicitations du chapitre. Le 15 octobre suivant, Corneille de Berghes annonça l'intention de faire une excursion en Hollande et remit les rênes du gouvernement, pendant son absence, aux mains de son coadjuteur. Le 5 janvier 1544, les deux prélats se portèrent, avec le clergé, la noblesse, les bourgmestres et presque toute la population de Liège, à Sainte-Walburge, aux portes de la ville, à la rencontre de Charles-Quint, qui venait, en passant, visiter l'antique cité. Corneille, aussitôt après, se remit en voyage ; le 23 février, nous le trouvons à Stockem. Cependant le coadjuteur, peut-être à cause de la peste qui sévissait à Liège, résidait à Bruxelles, où il recevait des députations pour s'entretenir des affaires de l' Etat. Cette situation ne tarda pas, sans doute, à présenter des inconvénients, puisque, le 11 mars, Georges demanda au chapitre de nommer une commission chargée d'administrer le pays pendant l'absence de l'évêque. On ne connaît pas les dates de la résignation, ni de la mort de Corneille de Berghes : le 19 juin, Georges d'Autriche est encore qualifié coadjuteur ; le 31 juillet, il écrit au chapitre qu'il a fixé au dimanche après l'Assomption (17 août) la cérémonie de son inauguration. Il fit son entrée en compagnie du comte Jean d'Oostfrise, son beau-frère, et avec beaucoup d'éclat ; dès le surlendemain, il tint une séance des Etats, où l'on s'occupa des grands intérêts de la nation.

   Georges d'Autriche avait les qualités essentielles d'un bon prince ; aussi, malgré les temps difficiles qu'il traversa, il gouverna sagement son peuple, qui fut heureux sous son règne. Un de ses premiers soins fut de faire confirmer, par l'empereur des Romains, les privilèges des évêques et du pays de Liège ; par un diplôme du 20 juillet 1545, Charles-Quint décrétait, en même temps, l'établissement à Liège d'un tribunal chargé de juger les causes d'appel ; ce fut le conseil ordinaire. Le prince-évêque s'appliqua particulièrement à empêcher l'introduction de la Réforme dans son diocèse, et soutint même le clergé de Cologne dans son opposition contre l'archevêque Herman de Wied, partisan de Luther. L'administration de la justice attira aussi son attention. Malgré les édits d'Erard de la Marck et de Corneille de Berghes en vue de supprimer les abus qui avaient envahi les tribunaux ecclésiastiques et séculiers, on continuait à se plaindre de la vénalité des juges, de la longueur des procédures, de l'énormité des frais de justice et de l'incertitude des anciens usages, qui n'étaient pas fixés par écrit et qui, diversement interprétés suivant les passions ou l'intérêt des plaideurs, offraient un texte inépuisable à la chicane (3). Pour remédier à ces maux, Georges d'Autriche publia, le 14 mars 1548, un édit important fixant le droit coutumier du comté de Looz ; le 25 février 1551, des statuts pour régler la compétence de la cour de l'official et empêcher, notamment, l'immixtion des juges ecclésiastiques dans les affaires temporelles (4) ; les 6 et 7 juillet suivants, une réformation de la justice séculière ; enfin, au mois de septembre de la même année, un règlement touchant le mode de procéder par devant le Conseil ordinaire, qui venait d'être institué. Une plaie terrible de notre pays à cette époque, consistait dans le séjour qu'y faisaient les soldats étrangers ; non payés et débandés à la suite des guerres, ils parcouraient par troupes les campagnes, pillaient tout ce qui se présentait sur leur passage, et jetaient partout l'épouvante. Georges d'Autriche prit des mesures sévères à l'égard de ces « vagabonds et bohémiens ». Il publia divers édits très sages pour assurer la conservation des bois dans la principauté ; régler le débit des denrées, surtout de la viande et du poisson, dans la ville de Liège ; empêcher la sortie des grains et en favoriser l'importation dans les temps de disette, si fréquents au XVIe siècle, garantir le repos public en sévissant avec vigueur contre les rôdeurs nocturnes, les auteurs de rixes et les assassins, et en autorisant l'arrestation des malfaiteurs, même dans les églises et lieux pieux, qui jusque-là leur avaient servi d'asile ; empêcher la circulation de la fausse monnaie, etc. A propos de ce dernier point, il eut un court démêlé avec le chapitre de la cathédrale Saint-Lambert, qu'il avait négligé de consulter en cette circonstance, et qui réclamait l'observation de son droit constitutionnel d'intervenir dans la publication des lois générales du pays.

   En 1547 et 1552, Georges d'Autriche, par sa douceur et sa modération, apaisa la querelle qui avait éclaté entre les Etats et le clergé secondaire, à propos des impôts, et amena celui-ci à y contribuer, en 1548. Ce fut par son énergie qu'il prévint une sédition dans la cité, en faisant saisir et brûler publiquement des écrits révolutionnaires répandus dans le peuple. A la suite du décret du 14 juin de la même année, par lequel Charles-Quint proposait aux évêques d'Allemagne de réformer la discipline ecclésiastique suivant sa fameuse formule Interim, Georges réunit un synode diocésain dont les statuts ont été souvent publiés et qui insistent, particulièrement, sur l'instruction et les bonnes mœurs qu'il faut exiger de la part de ceux qui se destinent aux fonctions sacerdotales. En 1551, notre prince-évêque fut appelé à prendre part aux travaux du concile de Trente ; mais le mauvais état de sa santé ne lui permit pas de s'y rendre, et il se fit remplacer par l'écolâtre Guillaume de Poitiers.

   Georges d'Autriche ne négligea point les travaux publics : il fit construire à Liège, outre divers murs d'eau et boulevards, le bâtiment de la boucherie en la Veske-court.

   Ce prince eut, toute sa vie, à craindre les invasions des armées étrangères. Au mois de décembre 1551, la guerre ayant été déclarée entre l'empereur et le roi très chrétien, le pays de Liège fut envahi et ravagé par les troupes d'Henri II. Il n'était guère possible de s'opposer aux entreprises de ce prince qui, favorisant les prétentions de Robert de la Marck sur Bouillon, s'empara de cette forteresse le 5 juillet 1552. Les 7 et 10 juillet 1554, il obligea les villes de Bouvignes et de Dinant à se rendre à sa merci, et les livra au pillage. L'hostilité qui régnait entre les deux couronnes de France et d'Allemagne lui attira encore d'autres ennuis. En 1546, à la demande de l'empereur, qui trouvait le pays trop exposé aux invasions des Français du côté de l'Entre-Sambre-et-Meuse, Georges d'Autriche céda à Marie de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas, le village de Pont-à-Fraisne pour y élever la forteresse de Mariembourg. L'église de Liège devait, en échange, être mise en possession de la partie de Herstal située sur la rive gauche de la Meuse. Mais la Cour d'Espagne imagina toute sorte de prétextes pour ajourner indéfiniment la cession effective de ce territoire. En 1555, l'empereur bâtit sur le sol liégeois Charlemont et Philippeville, sans que notre pays eût pu obtenir de compensation.

   Georges d'Autriche occupait le siège épiscopal depuis six ans à peine, que Charles-Quint songeait déjà à lui assurer un successeur attaché aux intérêts de sa maison. Le 3 juillet 1549 arrivèrent de Bruxelles le comte d'Arenberg et un autre député pour exposer au chapitre que, si le pays voulait acquérir des droits à sa protection en cas de guerre, il convenait qu'il eût à sa tête un prélat en conformité d'idées avec lui. Les tréfonciers qui, pour la troisième fois, se voyaient pour ainsi dire imposer un coadjuteur, délibérèrent longtemps, et crurent enfin avoir sauvegardé leur droit d'élection en présentant à l'empereur cinq candidats, parmi lesquels il pouvait, de concert avec l'évêque, choisir le successeur de celui-ci. Le 18 décembre, Charles-Quint fit savoir que son choix était tombé sur Robert de Berghes, dont le chapitre retarda, toutefois, l'admission jusqu'au ler janvier 1557.

   Miné par une fièvre lente, Georges d'Autriche fit son testament le 16 novembre 1556. Le 6 avril de l'année suivante, il présida encore une séance des Etats. Il fut inhumé à Saint-Lambert, et Duphet, poète estimé du temps, composa l'épitaphe suivante, qui fut gravée sur son tombeau :

D.O.M.

QUI CLARUM AUSTRIACA DE STIRPE GEORGIUS ORTUM
 DUXERAT, HEU! TUMULO MORTUUS HOC TEGITUR.
 BRIXNA PRINCIPIO, POST IPSA VALENCIA, TANDEM
 SUSCEPIT SACRUM LEGIA PONTIFICEM,
HISQUE LOGIS, PRAESUL NULLI PIETATE SECUNDUS,
 REXIT QUA DECUIT CUM PROBITATE GREGEM.
 QUINQUAGINTA DUOS NATUS PAULO AMPLIUS ANNOS,
 LETHALI MORBO SAEPIUS ARRIPITUR.
MA
I QUINTA ADERAT LUX, SOLE CADENTE SUB [UNDAS
 OCCIDIT, AT DEUS HUIC DET FRUIER REQUIE,

   En 1811, les restes mortels de Georges d'Autriche furent, avec ceux de plusieurs autres prélats, transférés dans un caveau de l'église Saint-Paul. Suivant le désir qu'il en avait exprimé, son cœur enfermé dans une boîte en plomb, avait été envoyé à Curange et déposé dans l'église ; c'est là qu'il venait se reposer, dans la retraite, des fatigues de l'épiscopat. Sa devise était : Confide et ama. Sanderus dit qu'il laissa un bâtard nommé, comme lui, Georges d'Autriche, qui devint prévôt de Harlebeke et de Saint-Pierre à Louvain, puis chancelier de l'Université de cette ville.

S. Bormans.

De Theux, Le Chapitre de Saint-Lambert Liège, t. III, p. 96. -- Abry, Recueil héraldique des bourgmestres de Liège, p. 271. -- Bormans, Répertoire chronologique des conclusions capitulaires du chapitre Saint-Lambert. -- Foullon et les autres historiens liégeois.


(1) Cette confirmation est datée « le 7 des Kalendes de mars 1540 » (voy. Conclusions capitulaires da chapitre de Saint-Lambert, registre n° 114, fol. 20, aux archives de l'Etat à Liège). Il faut sans doute lire 1541. Cette bulle ne fut lue officiellement en séance capitulaire que le 11 juin 1543. 

(2) Vingt-deux jours, dit Chapeauville. 

(3) Polain, Recueil des ordonnances. 

(4) Ce nouveau corps de lois, formé par des jurisconsultes habiles, fut approuvé par l'autorité impériale. 


 

 

23/01/2013