1


 

 

 




 

Ernest de Bavière


 

 

 

 

Ernest_de_Baviere.JPG (25959 octets)

Auteurs :

 

Retour :

 

Ernest de Bavière (1581-1612), école rhénane, château de Brühl

 

 

 

 

Alphonse Le Roy
Biographie nationale T. VI, pp. 632 et suiv.
publiée par l'Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 1897.

ERNEST DE BAVIERE, 89e évêque de Liége, fils d'Albert V, duc des deux Bavières et comte palatin du Rhin, et d'Anne d'Autriche, fille de l'empereur Ferdinand Ier, naquit le 17 décembre 1554 et mourut le 17 février 1612, au château d'Arnsberg en Westphalie. Le cumul des dignités ecclésiastiques n'était pas rare à cette époque ; Ernest nous en fournit un curieux exemple. Pourvu de l'évêché de Freisingen dès l'âge de onze ans (1565), il obtint en outre, en 1575, celui de Hildesheim ; le 30 janvier 1581 (1), il fut élu évêque et prince de Liège ; le 11 février suivant, prince-abbé de Stavelot, et dans le courant de la même année, prévôt de Magdebourg ; le 23 mai 1583, archevêque-électeur de Cologne ; enfin, évêque de Munster en 1585, en remplacement de Guillaume de Meurs, duc de Clèves et de Juliers, qui venait de renoncer à son diocèse pour se marier. C'est ainsi que l'appât du pouvoir temporel introduisait des abus dans le régime de l'Eglise ; ajoutons que notre prélat quitta ce monde sans avoir été sacré.

   Son prédécesseur à Liége n'avait pas eu un règne paisible. Les religionnaires levant partout la tête ; la neutralité perpétuelle du pays, quoique garantie par les grandes puissances voisines (traité de Senlis, 23 mai 1493), méconnue en toute occasion par les gens de guerre ; les Liégeois jaloux de se gouverner eux-mêmes et intentant un procès à leur prince pour la garde des clefs de la cité, ville libre et impériale : autant de sombres nuages à l'horizon. Voyant approcher sa dernière heure, Gérard de Groesbeek (voir ce nom) résolut d'assurer l'avenir en recommandant au Chapitre cathédral un chef d'Etat assez puissant pour se faire respecter des étrangers et, d'autre part, assez ferme pour tenir en bride un peuple turbulent. Il fit choix d'Ernest de Bavière qui, par son caractère, comme par son rang et ses alliances, répondait en effet plus que tout autre à l'idéal qu'il avait conçu. Cependant à peine le siège fut-il vacant, que deux concurrents redoutables se présentèrent : d'un côté, François de Valois, duc d'Anjou et d'Alençon, frère du roi de France Henri III ; de l'autre, l'archiduc Mathias, appuyé par les Etats des provinces confédérées établis à Anvers, par le Conseil de Brabant et par les Etats inférieurs réunis à Delft, ceux-ci agissant auprès des bourgmestres. Alexandre de Parme députa le conseiller Vanderburch à Liège, pour engager le Chapitre à éconduire ces prétendants ; sa démarche réussit, mais sans profit pour l'Espagne. Le chanoine Charles d'Oyembrugge de Duras se rendit en Allemagne, dans le but de décider le protégé de l'évêque défunt à partir sur-le-champ pour Liège et à venir en personne se recommander à ses collègues. Ernest arriva le 24 janvier 1581, et aussitôt toutes les voix lui furent acquises. Ce fut le signal d'une allégresse générale : aux espérances que faisait naître la haute position du nouveau prince se joignaient les séductions de son éloquence et de ses manières ; nul ne songeait alors qu'un souverain pour qui la principauté de Liégé n'était, en définitive, qu'une possession accessoire, pourrait, tôt où tard, dans des circonstances données, trouver gênantes les libertés publiques et en faire bon marché. On sut plus tard à quoi s'en tenir (voir les articles FERDINAND et MAXIMILIEN-HENRI de Bavière).

Tous les historiens liégeois se sont plu à décrire, d'après Jean Polit (voir ce nom), historiographe et poète officiel, les fêtes splendides du 15 juin 1581, date de la Joyeuse entrée d'Ernest (2). Le prince, parti le matin de Visé, fut reçu au rivage de Coronmeuse par les officiers de la cité et conduit à la cathédrale en grand cortège. Les bourgmestres lui présentèrent les clefs magistrales ; mais il eut soin de les leur remettre aussitôt : Vous les avez toujours gardées, dit-il, et j'ose espérer que vous les garderez toujours loyalement. La porte de la ville (Saint-Léonard) ne s'ouvrit, d'après cela, que sur une injonction consulaire. Pendant le trajet, le prince n'eut pas à prêter moins de quatre serments : d'abord il promit de respecter les anciennes Paix, notamment celle de Fexhe (de 1316) ; ensuite les arbalétriers lui ayant présenté leur drapeau, il s'engagea à ne point les troubler dans leurs privilèges séculaires ; en présence des échevins, il jura de faire rendre la justice selon les coutumes et usages du pays ; enfin, parvenu à l'église Saint-Lambert, i1 acheva de se lier en adhérant à une capitulation écrite où étaient nettement résumés, en quelques articles, les points fondamentaux du droit public liégeois. Les Etats s'assemblèrent le même jour : il les remercia respectueusement, puis leur demanda de continuer à prélever la contribution extraordinaire de 12,000 florins décrétée pour la réparation des places fortes. Les trois ordres y consentirent pour deux ans, et incontinent le don gratuit d'usage fut offert à l'évêque. Les cérémonies de l'inauguration et du serment se répétèrent les jours suivants dans les bonnes villes ; notons en passant qu'Ernest fut le dernier prince qui alla s'y faire reconnaître. Il rapporta de cette tournée, dit M. Henaux, les impressions les plus défavorables : élevé dans la féodale Allemagne, il ne comprenait rien à l'attitude de ses sujets des rives de la Meuse ; an lieu de lui montrer une humble soumission, ils n'avaient parlé que de leurs libertés, de leurs franchises, de leurs droits. La lutte était imminente : le procès des clefs, que le prélat semblait avoir terminé le jour de sa réception, fut même recommencé sur nouveaux frais.

   Mais, comme il était à prévoir, ce furent là les moindres préoccupations d'Ernest : les affaires du dehors absorbèrent de plus en plus son attention. Après avoir pris des mesures sévères contre les soldats vagabonds et les gens de rapine qui fourmillaient dans le pays, il se rendit dans le pays rhénan sur l'invitation de l'empereur, pour affaires de religion. En avril 1581, il avait déjà été envoyé en qualité de commissaire impérial à Aix-la-Chapelle, où les calvinistes, formant un parti puissant, réclamaient avec énergie le libre exercice de leur culte : c'est de là qu'il était venu se faire inaugurer à Liége. L'année suivante, ce ne fut plus seulement à des difficultés locales qu'il eut à faire face. Gebhard Truchsess, archevêque de Cologne, devenu éperdument amoureux de la belle chanoinesse Agnès, fille du comte Georges de Mansfeld, venait d'embrasser le calvinisme et de contracter mariage, mais n'en prétendait pas moins conserver son électorat. Une diète s'ouvrait justement à Augsbourg ; beaucoup de princes protestants y siégeaient ; Gebhard crut pouvoir compter sur leur appui. Le sénat et le chapitre de Cologne s'émurent ; à la suite d'une entrevue secrète avec Ernest, qui faisait aussi partie de l'assemblée et y déployait une activité influente, ils opposèrent à l'archevêque apostat une résistance inébranlable. L'empereur et le pape, de leur côté, n'étaient pas sans éprouver de vives inquiétudes. Si Gebhard persistait dans sa défection, non seulement on pouvait craindre de voir les provinces du Rhin se détacher de la vieille Eglise, mais sur les sept électeurs il ne resterait plus que trois catholiques : la prépondérance de Rome et de la politique de Charles-Quint serait donc compromise en Allemagne! Tous les efforts ayant échoués auprès de Truchsess, une sentence d'excommunication et de déposition fut solennellement lancée, et le 23 mai 1583, ainsi qu'on l'a dit plus haut, Ernest fut élu, à l'unanimité, archevêque et électeur de Cologne. Il ne put toutefois être inauguré que l'année suivante : Truchsess tenait la campagne et avait noué des alliances, entre autres avec le palatin Jean-Casimir. Le Bavarois leva des troupes à Liège ; leur bravoure et l'habileté de leur commandant, Herman de Linden, contribuèrent pour une large part à faire tomber en son pouvoir les principales forteresses de la principauté. Les luthériens finirent pourtant par se fatiguer de soutenir un prince qui avait préféré la doctrine de l'Eglise réformée à la confession d'Augsbourg : abandonné à lui-même, l'époux d'Agnès se vit réduit à chercher un refuge à Delft, où l'assassinat du Taciturne acheva de le déconcerter. Elisabeth refusa de l'accueillir en Angleterre ; il reparut sur les bords du Rhin, rentra même un instant dans Bonn, mais ne put s'y maintenir, et après avoir perdu Rheinberg, son dernier boulevard, alla mourir oublié en Hollande, le 21 mai 1601 (3).

   La guerre de Cologne et la prise de possession de l'évêché de Munster ne permirent pas à Ernest, jusqu'en 1586, de faire de longs séjours à Liège. Quelques faits importants se rattachent néanmoins à cette première période de son règne : l'établissement définitif des jésuites dans la cité, l'adoption du calendrier grégorien, la publication du concile de Trente. Quelques Pères de la compagnie de Jésus s'étaient installés à Liège dès 1566 (4), sous Gérard de Groesbeek ; leurs prédications les avaient mis en renom ; ils passaient du reste pour de simples missionnaires. Les princes-évêques leur réservèrent bientôt un autre rôle. Les Hiéronymites ou Frères de la vie commune tenaient depuis longtemps dans l'Ile aux Hochets, à l'endroit même où s'élève actuellement l'Université, des écoles populaires et un collège d'humanités qui avait jeté un certain éclat ; mais soit que leur institution fût tombée en décadence, ainsi qu'on l'a prétendu pour justifier la mesure dont ils furent l'objet, soit que leurs tendances ascétiques et anti-scolastiques les eussent rendus suspects (5), leurs jours furent bientôt comptés. Gérard avait songé sérieusement à les remplacer par les Jésuites ; il n'eut pas le temps de donner suite à son projet ; l'un des premiers soins d'Ernest fut de le réaliser. Le 10 novembre 1581, les Jésuites obtinrent les locaux des Fratres et les revenus y attachés ; le 1er janvier suivant, ils commencèrent à desservir leur nouveau temple ; le 30 avril s'ouvrirent les classes. Ernest regagna l'Allemagne en pleine sécurité : la défense de l'orthodoxie était désormais confiée à une milice vigilante, et l'éducation qu'allait recevoir la jeunesse répondait de l'avenir.

   L'affaire du calendrier ne put être réglée qu'en 1583, par la suppression de dix jours ; on passa immédiatement du 2 au 12 novembre.

   La publication du concile de Trente se fit dans des circonstances toutes particulières. Une partie du clergé s'y opposait, alléguant que certains canons portaient atteinte aux libertés et aux prérogatives de l'Église liégeoise. Au commencement de novembre 1585, le prince étant absent, arriva tout d'un coup à Liège Jean-François Bonhomme, évêque de Verceil, en qualité de nonce apostolique. Son premier devoir fut d'assembler un synode. Il s'y éleva énergiquement contre les abus qui s'étaient glissés dans l'Église. Le meilleur moyen de combattre les hérétiques, s'écria-t-il, c'est de ne pas mériter leurs reproches ! Le trafic honteux des bénéfices, les confidences simoniaques, les mariages clandestins, les dérèglements des ecclésiastiques devaient sans retard faire place à l'observance rigoureuse des décrets du concile. Plusieurs chefs de collégiales essayèrent de protester ou demandèrent, du moins, des modifications aux articles qu'ils regardaient comme leur portant préjudice. Le nonce déclara qu'il ne pouvait toucher à une seule décision d'un concile œcuménique ; il fut convenu qu'on en référerait à Rome. Le pape ne répondit pas ; dans tous les cas, sa réponse ne fut point attendue. L'évêque de Verceil considéra purement et simplement les canons comme adoptés ; l'année n'était pas écoulée que déjà ils étaient mis en vigueur. Vainement les dissidents manifestèrent leur surprise. « Je vous ai pris par finesse » , répliqua le nonce, faisant allusion à une parole de saint Paul. Bon gré, mal gré, il fallut s'incliner. Ernest s'empressa de venir à la rescousse en renforçant les tribunaux ecclésiastiques : quelques condamnations de clercs convaincus de mauvaises mœurs ou de simonie suffirent pour imposer silence aux derniers récalcitrants.

   Pendant tout ce temps, la principauté, toujours privée de la présence de son chef, resta exposée aux brigandages des soldats étrangers. Quand les Etats représentèrent aux officiers espagnols que le pays était neutre, on leur répondit : Nécessité fait loi. Les Hollandais et les Français, au nord et au sud, n'étaient pas plus traitables. On eut pourtant un peu de répit sur la fin de 1586, Ernest étant rentré à point pour s'occuper d'affaires militaires. Mais les progrès des religionnaires vinrent alors lui causer de nouvelles inquiétudes : il résolut d'engager une lutte à outrance. D'abord il obtint des Etats que les officiers publics, le jour même de leur élection, jureraient désormais fidélité à l'Église romaine ; tous les habitants devaient pratiquer ouvertement le catholicisme, et il était ordonné à ceux qui refuseraient de se soumettre, de quitter le pays dans un délai donné. Ces mesures furent complétées en 1589 par un décret confiant au vicaire général la surveillance des écoles et des livres classiques, et par l'établissement de la censure ecclésiastique sur la presse et sur les spectacles. En même temps, comme il y avait pénurie de prêtres, Ernest institua deux séminaires, l'un à Saint-Trond, pour les humanités, l'autre à Liége, pour la philosophie et la théologie, d'après le plan prescrit par le concile de Trente. Le séminaire de Liège devait être entretenu au moyen d'une contribution d'un demi-patar (3 c.) par muid de revenu, prélevée sur le clergé ; mais celui-ci invoqua, pour s'exonérer, les malheurs du temps, si bien que l'entretien des séminaristes ne put être assuré qu'en 1592, par l'accession à leur établissement des biens de l'hôpital de Saint-Mathieu, dit à la Chaîne. Le séminaire ou Collège de Liège, annexé en 1605 à l'université de Louvain, dut aussi sa fondation à Ernest de Bavière.

   Ce zèle pour l'orthodoxie, cette générosité prévoyante n'empêchèrent pas Ernest d'être desservi à Rome. Mandé auprès du souverain pontife en vertu d'une mesure générale, pour rendre compte de l'administration de ses diocèses, il avait cru pouvoir se dispenser de franchir les Alpes ; on lui reprochait, en outre, d'ajourner indéfiniment son entrée dans les ordres. Il se fit défendre par un ambassadeur qui n'épargna ni excuses ni promesses : l'affaire n'eut pas de suite ; elle n'eut pour effet que d'exciter le prince à redoubler de rigueur envers les réformés, nonobstant les réclamations et les menaces des Etats de Hollande.

   Ceux-ci n'entendaient pas abandonner la cause de la liberté dé conscience : l'occasion allait les servir. Ernest dut se rendre, en 1594, à la diète de Ratisbonne, où sa parole toujours écoutée et ses qualités politiques le rendirent si utile, qu'il reçut des compliments du pape et que l'empereur refusa de le laisser revenir à Liége, bien que sa présente y fût plus que jamais nécessaire. Les Italiens au service du gouverneur des Pays-Bas, ne touchant pas leur solde, s'étaient mis à rançonner les Liégeois, qui n'en pouvaient mais ; d'un autre côté la guerre allait éclater entre la France et l'Espagne, affaiblie par la mort récente d'Alexandre Farnèse : la principauté se voyait exposée à tous les dangers. C'est ce moment que les Hollandais choisirent pour tenter un grand coup. Pour assurer leurs communications avec les troupes d'Henri IV, répandues dans le Luxembourg et le Namurois, ils résolurent de s'emparer par surprise de la citadelle de Huy. Un certain Henri Worsen de Hasselt, surnommé Grevesse (6), se laissa gagner par Haraugier, gouverneur de Bréda, se chargea de l'expédition et commença par se lier avec le commandant de la place, ce qui lui permit d'étudier les lieux. Le 7 février 1595, une escalade nocturne le mit en possession du château : il n'avait eu besoin que de trente hommes. L'évêque, enfin de retour d'Allemagne, envoya aussitôt des milices au secours de la ville consternée ; mais Grevesse avait prévenu Haraugier, qui somma les Hutois de se rendre. La capitulation fut violée, les environs ravagés par les Hollandais. Ernest protesta sans succès, et par la force et par les moyens diplomatiques ; les Espagnols intervinrent, reprirent la ville et le château, n'épargnèrent pas les violences et parurent d'intention de garder leur conquête. Ernest ne put recouvrer Huy qu'à des conditions onéreuses. Les habitants en pâtirent ; un édit les dépouilla d'une partie de leurs privilèges, sous le prétexte qu'ils s'étaient livrés trop facilement aux soldats des Provinces-Unies. Huy renfermait effectivement beaucoup de protestants, circonstance qui avait enhardi Haraugier. Immédiatement après la reddition, cent deux personnes furent condamnées comme suspectes d'hérésie ; les dissidents disparurent depuis lors de la ville, mais pour se répandre dans le plat pays ou se réfugier à Liège même. Ernest, sérieusement ému, prescrivit l'exécution rigoureuse des édits de 1589 et renforça les ordres religieux. L'épuration s'accomplit également dans diverses petites villes, dont l'industrie se trouva compromise par l'émigration des ouvriers protestants. Enfin la terreur rétablit le calme ; l'électeur put songer à rentrer à Cologne, où il jugea opportun de se donner un coadjuteur. Il obtint ce titre pour son neveu Ferdinand, âgé seulement de onze ans.

   Ernest ne se montra pas seulement inexorable envers les dissidents : les annales judiciaires de son règne contiennent d'autres sombres épisodes ; payat-il son tribut aux superstitions de l'époque, ou peut-être, ainsi qu'on l'a supposé, affecta-t-il de considérer comme des sabbats diaboliques les conventicules nocturnes des sectaires? Toujours est-il que ce fut sous son administration qu'on commença à instruire des procès de sorcellerie. Rien de plus triste et de plus stupide que les détails qui nous ont été transmis par l'inquisiteur Chapeauville sur ces odieuses enquêtes, où la terreur arrachait l'aveu de crimes imaginaires. Le P. Bouille n'ose y insister.

   Des troubles occasionnés par de nouveaux impôts sur les denrées, décrétés par les bourgmestres sans le consentement des métiers, rappelèrent Ernest à Liège en 1598. Il reconnut le bien-fondé des réclamations populaires ; tout s'apaisa pour un temps. Mais inopinément surgit une question des plus graves, la question électorale.

   D'après le règlement de Heinsberg, en vigueur depuis près de deux siècles, les bourgmestres étaient nommés par 32 électeurs, choisis, dans les chambres des métiers, par les commissions de la cité, un électeur dans chaque chambre. Ce système ouvrait la porte à des intrigues, à des tentatives de corruption de toute sorte : une réforme était devenue urgente. En 1603, Ernest eut l'idée d'accorder aux métiers une part d'intervention plus directe dans les élections. Il décréta d'abord que tous les bourgeois majeurs, résidant à Liège ou dans la banlieue, seraient désormais de plein droit membres des métiers ; ensuite (règlement du 14 avril), que tous auraient voix dans les assemblées et pourraient être directement élus aux offices municipaux ; quant aux bourgmestres, que trois bourgeois seraient désignés par le sort dans chaque chambre ; que ces trois bourgeois (96 en tout) en choisiraient trois autres, un trente-deux et deux jurés, par voix de ballottage, et que les trente-deux se réuniraient tout de suite à l'hôtel de ville pour y dresser, à huis clos, une liste de candidats, laquelle liste serait communiquée aux vingt-deux commissaires, siégeant dans la salle voisine. Les vingt-deux avaient pour mission d'épurer cette liste qui, par parenthèse, ne devait contenir aucun nom suspect d'hérésie ; finalement les trente-deux choisissaient les bourgmestres, à la majorité des voix, parmi les candidats non récusés. Un bourgmestre ne pouvait être réélu qu'après un intervalle de quatre ans. Ces mesures démocratiques furent bien accueillies, mais il semble qu'elles n'apportèrent aucun remède aux abus dont on s'était plaint, au contraire : on dut en venir, vers 1610, à la ressource extrême d'un appel à Vienne, chaque élection donnant lieu « à des scènes tumultueuses et souvent sanglantes » . Trois ans plus tard, sous l'évêque Ferdinand, l'empereur Mathias ordonna le rétablissement du règlement de Heinsberg, sauf quelques modifications ; mais ce qui satisfit les uns mécontenta les autres. L'ordonnance impériale ne fut pas même respectée. Le P. Foullon n'a pas tort de considérer l'essai infructueux d'Ernest, en présence des prétentions exagérées des partis et de leurs manœuvres peu scrupuleuses, comme ayant donné lieu aux regrettables événements qui remplirent le règne de son successeur.

   L'état noble avait compris jusque-là non-seulement tous les gentilshommes de race, mais encore tous les possesseurs de fiefs. C'était un corps nombreux et jaloux de ses prérogatives. Ernest résolut de le réduire à sa plus simple expression et de le séparer nettement du peuple, en n'admettant à l'avenir aux Journées d'état que les nobles à quartiers. Jean-Louis d'Elderen (voir ce nom), à la fin du siècle suivant, s'engagea plus avant encore dans cette voie dangereuse. On dirait qu'Ernest, dont la ligne de conduite ne s'explique pas toujours aisément, se laissa influencer par ses ministres, tantôt dans un sens, tantôt dans un autre.

   Tout en vaquant aux affaires de ses principautés, tout en étreignant les protestants de sa main de fer, tout en poursuivant d'actives négociations tantôt avec le roi de France, tantôt avec ses autres voisins, pour délivrer le pays de Liége des brigandages de la soldatesque, notre prélat trouvait le temps de s'abandonner à son goût pour les sciences. Poursuivit-il la recherche du grand œuvre, ajouta-t-il foi aux rêves de l'astrologie? Nous laisserons la responsabilité de ces suppositions aux historiens qui les ont émises. Ce qu'on sait, c'est qu'il entretenait dans son palais d'Outre-Meuse deux astronomes, Gérard Stempel de Gouda et Adrien Zelst, qui rédigèrent à son intention et sous son patronage un Traité de l'astrolabe (7), et que, d'autre part, son médecin P. Gherincx (voir ce nom) lui enseigna la chimie. Lui-même analysa les eaux de la Fontaine de Pline, près de Tongres. Le temps lui manqua pour donner suite au projet du poète Dominique Lampson, qui lui avait conseillé, dans une pièce de vers latins « dignes d'Ovide », dit Villenfagne, de décorer ladite fontaine « par un monument d'une belle architecture ». Il n'est pas probable cependant que Tongres eût détrôné Spa, dont la réputation s'étendait dès lors jusqu'en Moscovie.

   Ernest rendit aussi des services à l'exploitation des mines, entre autres à celle de la calamine, du soufre et de l'alun, et au traitement de la couperose. D'autre part, à l'exemple de ses derniers prédécesseurs, il tint à honneur de protéger les lettres et les arts. Erudits et poètes humanistes continuèrent, à sa cour, d'habiller leurs pensées à la romaine : le français gagna pourtant du terrain ; on tourna volontiers des sonnets ; on aborda même les sujets politiques, mais avec une précaution extrême, car la censure avait les cent yeux d'Argus. Des poètes tonsurés (ils l'étaient presque tous) ne pouvaient guère songer non plus à célébrer l'amour : de là une certaine sécheresse dans les compositions liégeoises de ce temps ; leurs auteurs sont des courtisans ou des chercheurs de concetti (voir Peetermans et Helbig, Fleurs des poètes liégeois. Liége, 1859, in-12). Les salons du prince furent surtout fréquentés par les héritiers des latinistes de la renaissance : il suffit de citer Laevinus Torrentius, Dominique Lampson, Juste Lipse et Langius. Quant à Ernest, malgré toutes ses sévérités, c'était un prince mondain, très-mondain même, s'il en faut croire Henri IV, le roi Vert-Galant, qui disait de lui : « Mon cousin de Liège me ressemble jusqu'à la ceinture. »

   Ernest avait des défauts, mais aussi des vertus : il était éminemment charitable, et à ce titre on doit beaucoup lui pardonner. Une société de gens aisés s'était formée à Liége, tout à la fin du XVIe siècle, dans le but de fonder et d'entretenir un hospice pour les pauvres malades (l'hôpital de la Miséricorde). Les fonds manquèrent, les dettes s'accrurent ; sans la générosité du prince, qui fit libéralement cession du beau palais et des jardins spacieux qu'il avait acquis à grands frais dans le quartier d'Outre-Meuse, l'établissement à peine installé aurait du fermer ses portes. Telle est l'origine de l'hôpital de Bavière, aujourd'hui comme au temps du P. Bouille « le plus peuplé et le plus riche de la cité », mais devenu tout à fait insuffisant, (8). Sa première institution date de l'an 1600 (de 1606, selon Fisen).

   Les opinions ou les passions des historiens ont influé sur les jugements qu'ils ont portés sur Ernest. Les uns l'exaltent pour avoir arraché les provinces rhénanes et notamment la ville d'Aix-la-Chapelle au protestantisme, pour avoir extirpé l'hérésie du pays de Liège, pour avoir discipliné son clergé tout en se montrant jaloux des immunités ecclésiastiques ; les autres n'ont en vue que son intolérance et l'attribuent à son intérêt plutôt qu'à ses convictions, considérant qu'il ne se décida jamais à se faire ordonner prêtre et que sa vie privée ne fut pas tout à fait exemplaire. Le jésuite Foullon rapporte une légende qui le place en purgatoire ; nous ne serons pas plus sévère que lui, si nous avons égard aux illusions et aux préjugés du siècle où il vécut. Il serait injuste, à notre sens, de ne pas le croire sincère ; mais il ne fut pas en vain le contemporain de son cousin Philippe II, et, d'un autre côté, l'on ne saurait méconnaître qu'il est toujours malheureux pour un peuple d'être soumis à des gouvernants étrangers qui n'ont pas une juste idée de son véritable esprit.

   Ernest mourut pieusement, témoignant un grand repentir de ses fautes. Il fut inhumé dans la cathédrale de Cologne (chapelle des Trois Rois). On lit sur son sarcophage :

   Ernestus Bavarorum dux inclytus, archipraesul Coloniensis et princeps elector, religionis ac publicae pacis Assertor, Patriae Pater laudabilis, hoc tumulo gloriosam praestolatur resurrectionem, devotis quondam sui gregis se commendans precibus.
Electus 23 maii 1583. Obiit 17 februarii anno 1612.

Alphonse Le Roy.

Chapeauville, Foullon, Fisen. -- Mélart, Hist. de Huy. -- De Thou. -- Ms. Delvaux. -- Bouille. -- Loyens. -- Van Alpen, Gesch. der franckischen Rheinufers. -- Villenfagne, Rech., t. Il. -- Lenoir, Hist. du protestantisme au pays de Liège. -- Becdelièvre. -- Dewez, de Gerlache, F. Henaux.


(1) Le 29, selon Foullon, le 31, d'après Bouille, le 28 février au dire de Loyens : le MS. Delvaulx (Bibl. de Liège, n° 823) rétablit la véritable date (t.V)

(2) Voici le titre exact de la relation de Polit : Reverend. ac Seren. Principis Ernesti, utriusque Bavariae ducis, in Leodiensium principum XENOTIMIA, illiusque in suam civitatem, ac reliquas Leodinae patriae urbes solennis Inauguratio, etc., à Johanne Polito Leodio. Coloniae Agrippinae, apud Jo. Gymnicum, in Monocerate. MDLXXXIII, petit in-8°. 

(3) Mich. ab Isselt, De b. Colon. lib. IV, Col. 1584, in-8°. -- J.-D. Koeleri, De actis et factis Gebh. Truchsessii, Altd. 1723. 

(4) Leur première apparition remonte plus haut ; mais ce n'est alors qu'ils prirent « une espèce de domicile. » 

(5) V. Delprat, Die Brüderschaft des gemeinsamen Lebens, Leipzig, 1840, in-8°, et Raumer, Gesch. der Poedag., t. I, p. 66 et suiv. 

(6) Écrevisse, par allusion à l'enseigne de sa maison. 

(7) Utriusque Astrolabii fabrica et usus. Liège, Ouwercx, 1602, in-4°. 

(8) Il sera prochainement déplacé et reconstruit dans les terrains de la Volière (quartier de l'Ouest). 


 

 

23/01/2013