1

 

 

 


Barthélemy Fisen




 

 

 

 

 


 

 

 

H. Helbig
Biographie nationale T. IV pp. 76 et suiv.
publiée par l'Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-arts de Belgique
Bruxelles, 1897.

FISEN (Barthélemy), historien et écrivain ecclésiastique, né à Liége en 1591, mort à Lille en 1649, fit ses humanités chez les pères jésuites de sa ville natale et entra dans leur ordre dès l'année 1610. Après avoir régenté les basses classes, puis la rhétorique pendant six ans, il fut successivement recteur des collèges d'Hesdin, de Dinant et de Lille, ainsi que directeur des jésuites qui faisaient leur troisième épreuve ou leur second noviciat.

   Le père Fisen avait la réputation d'un homme doux et modeste ; il passait pour avoir une grande aptitude aux affaire. Grand ménager de ses paroles, s'il parlait peu, il étudiait et écrivait beaucoup. Il mourut à Lille, le 26 juin 1649, âgé de cinquante-huit ans, d'un abcès à la tête, qui lui laissa à peine le temps de recevoir les derniers sacrements.

   Les goûts du père Fisen le portaient vers l'histoire, dont il fit sa principale étude. On assure qu'il avait eu le dessein de composer une histoire des Pays-Bas ; mais qu'il abandonna ce projet, dont il jugea l'exécution au-dessus de ses forces, pour se vouer exclusivement aux annales de son pays de Liége. Dans cette partie, malgré ses défauts assez nombreux, il s'acquit une réputation méritée, si l'on tient compte de l'époque où il vivait. On a même comparé Fisen à Tite-Live, comme Foulon à Tacite ; mais c'est bien ici le cas de répéter l'adage : «Comparaison n'est pas raison ».

   On doit au père Fisen les ouvrages suivants, dont une partie ne parut qu'après sa mort :
--
Origo prima festi Corporis Christi ex viso sanctae virginis Julianae divinitus oblato. Leodii, J. Ouwercx, 1628, in-8° de 8 ff. et 293 p. Une seconde édition parut la même année à Douai, chez Bellère, in-8°. L'auteur dédie ce livre, qui a coûté beaucoup de soins, mais dont le style manque de simplicité,
au chapitre de Liége. Il fut traduit, après sa mort, en français par le père François Lahisé, jésuite, et cette traduction fut imprimée à Liège par H. Tournay en 1645, in-8°.
-- 2° Paradoxum christianum laedi neminem nisi à seipso. Leodii, J. Ouwercx, 1640, in-8° de 8 ff. lim., 255 p. et 5 p. de table.
-- 3° Sancta Legia Romanae ecclesiae filia, sive historia ecclesiae Leodiensis. Leodii, J. Tournay, 1642, in-folio de 6 ff., 523 p. 28 ff. pour la chronologie et 22 ff. pour l'index, avec un beau frontispice gravé par Michel Natalis. Ce n'est que la première partie de cette histoire. L'ouvrage complet ne parut qu'en 1696 chez G.-H. Streel, deux parties in-folio, édition dédiée aux bourgmestres de Liège qui contribuèrent aux frais d'impression. Cette histoire commence 600 ans avant l'ère chrétienne et se termine eu 1612. Les dix premiers siècles ne contiennent guère que des faits incertains, et c'est avec raison que l'on a reproché à l'auteur de manquer souvent de critique et d'être d'une crédulité excessive. Cependant son style prend de la couleur lorsqu'il peint nos discordes civiles et leurs suites lamentables, et cet ouvrage doit encore être consulté par ceux qui s'occupent de l'histoire du pays de Liége.
-- 4° Flores ecclesiae Leodiensis sive vitae vel elogia
sanctorum et aliorum qui illustriori virtute hanc dioecesim exornarunt. Insulis, N. de Rache, 1647, in-folio de 6 ff. et 648 p. Cet ouvrage a été précédé d'un Prospectus, intitulé : Catalogus florum ecclesiae Leodiensis, etc., in-4°, sans lieu ni date, de 4 ff. Les Flores sont un livre rare et recherché ; mais moins utile qu'on ne pourrait le croire. L'auteur s'y étend beaucoup plus sur les nombreuses vertus des saints personnages dont il s'occupe, que sur leur biographie ; aussi y trouve-t-on rarement les renseignements que l'on désirerait y puiser. Toutefois on y rencontre, outre les éloges des saints et saintes du pays, des listes assez exactes des abbés et abbesses des couvents du diocèse, ainsi qu'un aperçu des avantages que les évêques et le clergé séculier et régulier ont procurés au pays.
-- 5° Vita sancti Trudonis, Hasbaniae Apostoli. Cette vie, bien qu'elle fût prête à être imprimée, est restée manuscrite et inédite.

H. Helbig

Abry, Les hommes illustres de la nation liégeoise, p. 110-112, qui, par erreur, fait vivre Fisen jusqu'en 1658. --- Foppens, Biblioth. belgica, t. I, p. 125. - Paquot. Mémoires, édition in-folio, t. III, p. 203-205. - Becdelièvre, Bio-graphie liégeoise, t. Il, p. 60-66. - De Backer, Écrivains de la compagnie de Jésus, t. Il. - De Theux, Bibliographie liégeoise, passim.

 

22/01/2013