UN SEIGNEUR ETHNIQUE : LE CURACA

Les curaca étaient nommés de façon rituelle au sein d'un groupe ethnique ou confirmés par l'Inca de Cuzco après quoi ils acquéraient un caractère sacré aux yeux de son ethnie. Ils se faisaient transporter en litière et accompagnés des rites adéquats et étaient en relation avec les huacas. Tous n'étaient pas fonctionnaires du Tahuantinsuyu. Le pouvoir des deux curaca (hanan et urin) s'étendait sur un groupe ethnique mais on appelait également curaca les autorités ethniques inférieures.

Il existait d'autres types de curaca qui dirigeaient par exemple les mitmaqkuna ou par exemple les yana.

LE POUVOIR : LE DUALISME

Une des particularités de la société inca est son dualisme que l'on retrouve à tous les niveaux de l'organisation sociale. Ainsi, on voit à Cuzco la succession se deux dynasties: Hanan Cuzco (Haut) et Urin Cuzco (Bas) qui correspond à la division en deux zones de la ville. Chaque zone (Hanan Cuzco et Urin Cuzco) avait donc sa dynastie de gouvernants.

On retrouve cette notion de dualité dans l'organisation des groupes familiaux (aylu) :

parcialidades hanan ou urin ( haut-bas), allasa ou masaa (droite-gauche), uma et urco (masculin-féminin),… Suivant l'endroit où l'on vit dans l'empire, c'est l'une ou l'autre notion qui est mise en avant. L'organisation duale s'intégrait au système de réciprocité. Souvent, lors des conquêtes, on fait référence à deux chefs pour la même expédition. En outre, les Incas sont souvent placés dans deux dynasties. Pour une même entité régionale, on se réfère à deux curacas dans les textes.

Les curacas devaient donc être complémentaires dans l'organisation respective de la moitié (moitié déterminée à partir de l'ethnie, des familles,…) dont ils étaient responsables.

Rappelons-nous que selon le mythe d'organisation, Cuzco fut créée par Ayar Manco et Ayar Auca c.-à-d. 2 autorités différentes destinées pour l'une à Cuzco hanan ( celle au pouvoir lors de la conquête et celle que les Espagnols reconnurent ) l'autre à Cuzco urin.

Chaque niveau de pouvoir pouvait avoir sa dualité : a Cuzco, les deux parties de la ville étaient encore subdivisées en deux formant ainsi quatre grands parties : Chinchaysuyu, Antisuyu, Collasuyu et Cuntisuyu. Chinchaysuyu et Antisuyu forment la moitié hanan de Cuzco et au sein de cette moitié, on retrouve la subdivision hanan (Chinchaysuyu) et urin (Antisuyu). De même, Collasuyu et Cuntisuyu forment la moitié urin de Cuzco et au sein de cette moitié, Collasuyu était hanan et Antinsuyu était urin.

Si les informations pour Cuzco sont relativement claires, il est difficile d'imaginer les conséquences d'une telle dualité sur des petites entités (villages).

Il arrivait que deux moitiés réunies forment une ethnie mais parfois cela était plus subtil et ne pouvait se comprendre que dans le cadre des parcialidades. Il y a complémentarité des 2 moitiés mais aussi existence d'obligations réciproques. A de nombreux niveaux de pouvoir, il y a dualité où les moitiés sont à la fois opposées mais en même temps complémentaires.

Les 2 curaca d'un groupe ethnique étaient probablement choisis en même temps car les 2 appartenaient au même groupe d'âge. A la mort d'un des deux curaca, le survivant semble avoir été contraint de céder la place. Le curaca est une sorte d'autorité ethnique qui administrait des biens locaux et gérait l'énergie humaine utilisée pour la redistribution. En outre, il organisait l'obtention des denrées nécessaires et externes à la localité. Il gérait la réciprocité entre les groupes familiaux et tranchait les différends possibles. Le curaca était un lien entre l'autorité de Cuzco et l'autorité locale. Cette autorité obtenait son crédit de part sa fonction religieuse (préside les rituels, sert d'intermédiaire auprès des divinités locales). L'Inca tendait à se marier avec les femmes de la famille des curaca de pays conquis afin de contracter des liens réciproques.



Page précédente
Page suivante