6. Emigration (mitmaq, yanas, acllas)

On évalue la population du Tahuantinsuyu entre 9 et 15 millions d'habitants.

Afin d'asseoir son autorité, sous l'impulsion de l'Inca Pachacutec, on déplaça de force des parties de populations récemment conquises et encore rebelles (mitmakuna). On transféra des parties de ces populations dans des contrées acquises et sûres, et on les remplaça sur les lieux d'origine à proximité des endroits stratégiques (ponts, greniers,...) par des colonies bien tenues même si les garnisons restaient parfois à proximité. Les colons exploitaient au mieux les ressources.

Ces populations déportées (mitmaq) devait s'intégrer à leur nouvelles région. Pour cela, ils reçurent pâturages, cultures, outils,... et de ce fait, les obligations envers l'Etat était d'autant plus importante, leur dépendance plus grande.

Nous avons vu qu'une partie de la population était temporairement corvéable (mita). Parallèlement, il existait des dépendants perpétuels (yanas) par rapport au curaca, à l'Inca ou tout haut dignitaire. Ils accomplissaient alors diverses tâches de façon permanente et assignées par eux.

Suite à une révolte dans le village Yanayacu étouffée par l'Inca Tupac Yupanqui , l'Inca constitua une classe à part (yanacuna) dans l'Empire. Une classe qui était contrainte plus que les autres à servir l'État. Les yanakunas auraient donc été soumis à des relations de réciprocité, symétriques ou non. Les yanas conservaient une terre et du bétail et étaient parfois, lorsqu'ils étaient attachés à de hauts personnages, plus importants que des curacas locaux et à fortiori, aux yanas attachés à ces serviteurs locaux. Cette condition était héréditaire pour un (ou peut-être tous ?) de leurs enfants.

Les terres de l'Inca ou de la panaca étaient souvent entretenues par de nombreux yanakunas . Ils étaient parfois considérés comme des spécialistes et à ce titre, ils pouvaient être déplacés dans des régions éloignées. Certains yanas étaient curacas ou fonctionnaires. Ils étaient entretenus par Cuzco.

Des jeunes filles de 8 à 9 ans étaient emmenées comme femmes choisies (aclla) dans les acclahuasi (maison des femmes choisies) .

Péruvienne native de Taquile qui tisse.

Ces femmes étaient toutes séparées de leur groupe d'origine et dépendaient des ressources de l'Inca. On leur apprenait à filer, à tisser et les tâches domestiques sous l'œil de femmes expérimentées (mamacuna). Parmi les acllas , certaines étaient choisies à 13, 14 ans afin d'être distribuées par l'Inca lors de la fête de raymi à de hauts dignitaires comme épouse ou concubines,d'autres étaient destinées au couvent pour servir le soleil en toute chasteté (les vierges du soleil).

Mitamq, yanas et aclla participèrent avec le temps de plus en plus activement à l'économie au profit du pouvoir impérial qui par cela même, prirent plus d'autonomie face aux réciprocités traditionnelles.




Page précédente
Page suivante