RECONNAISSANCE

VOYAGE A TRAVERS LES ANDES

Un soir de 1532, Pizarro s'entretient avec ses principaux officiers. Pizarro mènera la reconnaissance du terrain. Fernando Pizarro, son frère, garderait la position avec le reste de la troupe. Le terrain était propice aux embuscades : défilés étroits, gorges escarpées, et les fortifications de défense construites par les Incas. Mais les incas n'en profitèrent.

Plus tard, Pizarro envoya à son frère l'ordre de le suivre pendant que lui-même poursuivait la terrible ascension avec sa troupe. Ils s'arrêtèrent à une nouvelle fortification plus imposante encore que les précédentes afin d'y passer la nuit.

Ils repartirent le lendemain tout en souffrant de plus en plus du froid. La végétation se raréfiait ou devenait plus austère avant de laisser la place à des paysages stériles.

En définitive, Pizarro décide d'attendre son frère qui le suivait avec l'arrière-garde. Entre-temps, un des messagers que Pizarro avait envoyés à Atahuallpa l'informe que la route est libre. En outre, une ambassade de l'Inca venait à sa rencontre. Peu de temps après la jonction des deux frères, l'ambassade faite d'un noble inca et de sa suite arriva. Ils offrirent des lamas au chef espagnol. L'ambassadeur s'informa quant à leur arrivée à Cajamarca. Pizarro apprit que l'Inca ne se trouvait plus à Guamachucho, mais à Cajamarca, en un lieu renommé pour ses sources naturelles d'eau chaude. Pizarro apprit les détails sur les dernières querelles qui avaient déchiré l'empire.

conquistador

Ils continuèrent pendant deux jours à traverser les hauts défilés des Cordillères. Sur le revers oriental, il rencontra le même émissaire de l'Inca que dans la vallée. Plus tard, un autre des messagers indiens que Pizarro avait envoyé à l'Inca revint en colère vu l'accueil que l'on faisait à l'ambassadeur Inca. L'Inca avait refusé de l'admettre en sa présence, sous prétexte qu'il observait un jeûne. D'après l'émissaire indien de Pizarro, les intentions d’Atahuallpa étaient hostiles. Atahuallpa était entouré d'une armée nombreuse près de Cajamarca, tandis que la ville était entièrement évacuée par les habitants. L'envoyé de l'Inca répondit que le messager de Pizarro n'avait pas emporté de lettres de créance pour autoriser sa mission. Quant au jeûne de l'Inca, il ne convenait pas de le troubler. Les troupes qui l'entouraient n'étaient pas si nombreuses, vu le contexte de guerre. Cajamarca était abandonnée par ses habitants pour faire place aux hommes blancs.

Pizarro ne sous-estimait pas les ruses d'Atahuallpa. Il fit semblant de croire aux explications de l'ambassadeur, et le congédia, en réitérant la promesse de se présenter bientôt lui-même devant l'Inca.

Ils arrivèrent en vue de Cajamarca. La population de la vallée était bien habillée, les habitations étaient propres et confortables. Pizarro descendit dans la vallée en ordre de bataille. En novembre 1532, la ville de Cajamarca était vide et sans le moindre accueil. Une partie de la ville était une véritable place forte.

Page précédente
Page suivante