L'or de la rançon

Une armée de trente-cinq mille hommes campe dans son voisinage. Challcuchima accepta avec réticence une entrevue avec Fernando Pizarro. Fernando l'invite prestement à le suivre à Cajamarca . Selon les dires de Fernando, l'Inca l'exigeait.Depuis la capture d'Atahuallpa, Challcuchima, incertain de la conduite à tenir s'était abstenu de toute initiative. Challcuchima se rendit donc à la suite de Fernando à Cajamarca afin d'y rencontrer l'Inca. En présence de l'Inca, il est pieds nus, portant sur son dos un léger fardeau en signe de soumission. Atahuallpa ne trahit pas la moindre émotion en recevant son conseiller favori.

Vers la fin de mai, les trois émissaires revinrent de Cuzco. Grâce aux ordres de l'Inca et au respect que les hommes blancs inspiraient , ils furent bien reçus où ils se présentèrent. Ils confirmèrent la grande richesse de la ville. Ainsi la description du temple du Soleil couvert d'or fit son effet. Ils firent la description des momies royales et de leurs riches ornements. Les Espagnols les respectèrent comme l'Inca le leur avait enjoint ; mais récupérèrent l'or des murs. D'autres bâtiments furent dépouillés de leurs richesses. Les Espagnols se plaignent de la lenteur de l'aide des indiens et disent que certains lieux leurs sont cachés. Dans la réalité, l'attitude de ses Espagnols de basse extraction dans leur pays est odieuse. Ils méprisent les Indiens comme leur religion et ne font preuve que de rapacité. En outre, ils violent les vierges du Soleil dans les "couvents".

Mi-février 1533, Almagro arrive à Cajamarca avec près de 150 hommes et 50 chevaux venant des trois vaisseaux qu'il avait équipés. L'Inca Atahuallpa ne vit évidemment pas cela d'un bon œil car le nombre des ennemis qui l'entouraient ne faisait que croître. Ses chances de retrouver la liberté diminuaient grandement.

L'arrivée d'Almagro permettait à Pizarro de reprendre la conquête mais la rançon de l'Inca restait un obstacle.Les hommes s'impatientaient alors que le trésor était encore sous la limite convenue. Ils demandaient le partage de l'or sans attendre plus longtemps. Le temps permettait l'organisation de leurs ennemis. De plus, certains souhaitaient retourner dans leur foyer mettre en sûreté leur trésor. D'autres désiraient marcher sur Cuzco afin d'empêcher leurs habitants de cacher leurs trésors. Pizarro sait que pour dominer véritablement l'empire, il doit marcher sur la capitale. On décide le partage du trésor. Avant de fondre l'or en lingots uniformes au mépris du travail ornemental des pièces. On extrait le 1/5 royal tout en conservant quelques pièces ornementales pour les envoyer à titre d'exemple en Espagne sous la direction de Fernando Pizarro. Fernando devra rendre compte et demander d'avantages de pouvoirs.

Des tensions éclatent lors du partage car les hommes d'Almagro qui viennent d'arriver prétendent avoir droit au partage. Les hommes de Pizarro qui ont pris tous les risques s'insurgent. Finalement, on décide que les hommes d'Almagro se satisferont d'une somme peu considérable, et ferait leur fortune eux-mêmes par la suite. Le partage terminé, que devait-on faire d’Atahuallpa ?

Le mettre en liberté était trop dangereux. Le garder prisonnier obligerait les Espagnols à se diviser. Même si la rançon n'avait pas atteint la limite promise, Atahuallpa réclama sa libération auprès de cavaliers, et plus particulièrement à Hernando De Soto, dont l'oreille lui était favorable. De Soto transmit sa demande à Pizarro. Un acte fut préparé par le notaire qui acquittait complètement l'Inca de sa rançon mais en même temps il déclara que pour la sécurité des Espagnols ,l'Inca serait détenu jusqu'à l'arrivée de nouvelles troupes.

 









Page précédente
Sommaire
La conquête
Page suivante



[Le plan du site]