LA SECONDE EXPEDITION


LA LETTRE


La lettre arriva à destination et produit son effet. Le gouverneur Pedro de los Rios, irrité par les lourdes pertes en hommes, envoya un officier avec deux vaisseaux sur l'île de Gallo avec l'ordre de ramener tout le monde.


L'arrivée des deux vaisseaux et surtout des provisions créa des explosions de joie. Certains apprirent avec soulagement le retour enfin possible.

Avec le navire, une lettre d'Almagro et de Luque destinée à Pizarro, l'exhortait à tenir tête. Le retour signifiait la fin de l'aventure. Ils l'aideraient par tous les moyens possibles. Pizarro trace une ligne sur le sable. De ce côté, dit-il, Panama et la misère, de l'autre, le Pérou et l'or. Il est le premier à franchir la ligne en invitant les autres à le suivre. Ruiz le suit et onze autres.

Après de longues négociations avec l'officier de la Couronne, il obtient qu'on lui laisse des provisions. Finalement, il est décidé que Ruiz rentrera à Panama afin d'accélérer le travail d'Almagro et de de Luque.


A l'aide d'un radeau qu'ils construisent, après le départ des vaisseaux, ils rejoignent l'île Gorgona. Ils craignent le retour des indigènes qu'ils ont fait fuir à leur arrivée. En outre, elle permettait mieux la survie.


Ils construisirent des huttes car le séjour pouvait être long. De plus, ils se protégeaient ainsi des insectes et des fortes pluies.





Page précédente
Page suivante