LA DERNIERE EXPEDITION


RECEPTION DE PIZARRE A LA COUR.


A son arrivée en Espagne, à Séville, durant l'été 1528, les problèmes commencent. Enciso, avec qui des problèmes s'étaient posés lors des premières aventures de Pizarro, avait introduit des réclamations pécuniaires contre eux.

Pizarro est arrêté et mis en prison. Mais lorsque la cour fut mise au courant des raisons de la venue de Pizarro en Espagne, on le libéra. Il put donc rencontrer l'empereur à Tolède.

Charles-Quint, encore auréolé de sa victoire à Pavie contre les Français, était sur le point recevoir la couronne impériale des mains du pape à Rome. Ses ambitions européennes étaient grandes, il espérait que les conquêtes américaines finiraient par lui procurer un quelconque bénéfice qui adoucirait les difficultés financières engendrées par sa politique européenne.

Pizarro fut donc reçu avec attention. Pizarro put donc présenter les nombreux trésors récoltés et exposer ses récits sur la richesse de ce peuple.

Pendant l'évolution lente du dossier Pizarro, il croise à la cour son cousin Cortès qui conquis le Mexique.

Le 26 juillet 1529, une capitulation détermine le droit de découverte et de conquête jusqu'à deux cents lieues au sud de Santiago. Il est fait Gouverneur et Capitaine général de la Province . Almagro sera commandant de la forteresse de Tumbez avec une rente annuelle, il reçoit le rang d'hidalgo. Le Père de Luque reçoit l'évêché de Tumbez, et est nommé protecteur des Indiens du Pérou. Il jouit d'un revenu annuel et d'autres gratifications.

Des ecclésiastiques devront les accompagner afin d'être consultés pour la conquête et ils s'occuperont de la conversion des Indiens. Pizarro reçoit la permission de lever une petite armée de 250 hommes.






Page précédente
Page suivante