EDITORIAL

Chèr(e) internaute,

Le Domaine des Ampullariidae n'est ni beau ni facile de lecture.  Il a pour unique objectif d'informer sur base d'expériences vécues.

Les espèces de mollusques présentes dans les aquariums d'eau douce sont relativement peu nombreuses et les espèces nouvellement introduites par les commerces sont parfois difficiles à obtenir dans des conditions acceptables.

Pour ces raisons, l'information mise à disposition pour les espèces du site et les espèces nouvelles se construit au rythme de la vie de ces pensionnaires.  Le but n'est pas de "Faire la Une" avec des infos en première main mais d'offrir des données exactes et pertinentes.

Il n'y a aucun intérêt à être le premier à annoncer l'arrivée sur le marché d'une espèce si on ne connait ni sa provenance ni ses besoins parfois très pointus.

Etudier une espèce ne signifie pas l'introduire dans un bac, la voir vivre et se reproduire.  Il est nécessaire d'effectuer une série de "tests" interspécifiques et alimentaires. Un exemple ? Pomacea canaliculata, fréquemment vendue par les animaleries, s'avère à priori un dévoreur invétéré de plantes.  Jusque là on sait ce qui intéresse à priori l'aquariophile.  Mais on ne sait pas encore que P. canaliculata dévore aussi la chair de tout autre mollusque ou poisson si elle en a l'occasion.  Faites le test en plaçant dans un même bac cet escargot avec une limnée ... après quelques heures la coquille de la limnée est ... vide. Re-faites le test en retirant P.canaliculata dès qu'elle s'agrippe à la coquille de la limnée ... elle revient immédiatement à la charge.  Qu'en est-il alors du régime alimentaire de cet escargot ... de préférence phytophage ? NON ! Omnivore.  Donc ... si l'un de vos chers poissons tombe malade et se traine lamentablement sur le fond de l'aquarium, on traite et le soir on éteint la lumière.  Le lendemain plus de poisson ... Il s'est guéri en se téléportant sur Mars ? Dévoré aussitôt par l'escargot au moindre signe de faiblesse.

Ce parcours permet une édification quand à la chaîne alimentaire. Suffisait-il de dire "P.canaliculata dévore les plantes" ? Est-il correct de s'en contenter ? Est-il correct de faire une page sur cette espèce sans plus de détails ?

Quoi qu'il en soit, le Domaine des Ampullariidae n'a pas pour objectif de voir son compteur tourner ni de spécialement plaire.  L'exactitude de l'information passe avant tout.

Merci de m'avoir accordé votre attention.

Sommaire