Paramelanias

A côté d'un lit de coquilles Vue du haut Vue de l'opercule
Vue de profil Premier zoom, on remarque la jeune Neothauma tanganyicense à côté Zoom de la tête, la radula placée loin en avant de la tête fait penser à une trompe.

     Espèce: Paramelania damoni

Origine: Afrique, endémique au lac Tanganyika

Famille: Pleuroceridae

Sous-famille: Paramelaniinae

Sous-classe: Streptoneura

Taille: 5 à 6 cm

Respiration: aquatique, par des branchies

Température:  25°C

Utilité: détritivore, quoique très "modérée" dans son appétit; très décorative.

Remarque: de la même famille que les mélanoïdes, son corps est similaire quoique plus massif.  Contrairement aux mélanoïdes, les paramelanias ne s'enfouissent pas dans le substrat.

 

  Ce prosobranche vit exclusivement sur ou dans le substrat.  Le déplacement est lent.  La paramelania ne prend aucun risque vis-à-vis des prédateurs, au moindre signe d'activité - hormis celle de ces semblables - elle se replie dans sa coquille.

Les dessins très marqués de sa coquille la rendent comparable en beauté aux escargots marins.  La coquille est épaisse, ce qui s'explique par son biotope d'origine, grâce auquel les coquilles ont une tendance à se renforcer plutôt qu'à souffrir des aggressions chimiques.

 

Ce type de gastéropode peut-être considéré comme rare en aquariophilie; étant endémique au Lac Tanganyika et peu fréquemment importé, il n'attire à priori pas l'aquariophile qui trop fréquemment a des préjugés en ce qui concerne l'inclusion d'escargots dans ces bacs.  Pourtant, un bac régional est censé reproduire au plus proche un biotope à l'échelle ... il est évident que placer des escargots dans un bac avec des cichlidés qui les consommeraient peut sembler un non-sens ... et pourtant.

 

Les paramelanias s'alimentent principalement des restes de nourriture laissés par les autres habitants de l'aquarium, elles dédaignent tout type de nourriture "aquariophile" ou de substitution (laitue pochée, concombre, etc ...) et ne touchent jamais aux plantes ou aux algues; leur régime alimentaire est du type détritivore.  Elles vivent exclusivement sur le substrat, ne s'enfouissant légèrement que pour faire face aux changements brusques de chimie de l'eau.  Leur coquille est très épaisse et il faut parfois veiller à les aider à se retourner si elles ont été victimes d'une retournette par un poisson trop aventureux.  J'ai cependant parfois constaté qu'elles se retournaient toutes seules, sans que j'aie eu la chance d'observer cette acrobatie.

 

Le spécimen ci-dessus est à l'étude, d'autres commentaires suivront.

( ... à suivre)

 

Retour