Pathologies

En pathologie humaine et animale, les Trématodes jouent un rôle qui n'est pas négligeable.  La Grande Douve du foie, pour peu qu'elle soit abondante, provoque au bétail et surtout au mouton une maladie grave: la pourriture ou cachexie aqueuse.  L'animal devient anémique et souffre d'Oedèmes temporaires.  Il s'amaigrit et meurt épuisé.

diverses Douves (Clonorchis sinensis en Extrême-orient et Opisthorchis felinus en Europe et Asie) peuvent envahir le foie de l'homme et être la cause de troubles souvent mortels.  Le foie perd son tissu noble tandis que les parois des canalicules biliaires s'hypertrophient. Le malade a des douleurs abdominales; il présente de la jaunisse, de l'hydropisie et des oedèmes sur les membres inférieurs.  il meurt souvent d'étisie.

La Douve pulmonaire, Paraginumus ringeri, est l'agent de la bronchite sanglante qui simule soit la pneumonie (crachats brun-rouille), soit la tuberculose pulmonaire avec crachements de sang parfois très abondants.  Le pronostic de cette maladie est sombre (Extrême-Orient).

Les Schistosoma haematobium (Bilharzia) causent l'hématurie d'Egypte, caractérisée par l'écoulement d'un peu de sang à la fin de chaque miction.  Cette maladie s'accompagne de fréquentes complications (infection de la vessie, polypes, etc.), qui la rendent redoutable.

Ces "parasitoses" se diagnostiquent surtout par la découverte des oeufs (selles, crachats, urines).

Action des Vers parasites sur leurs hôtes

1) Action spolliatrice - Les détournements de matières alimentaires ou même de substance vivante n'ont que rarement une grande importance.  Les Ténias n'affaiblissent guère leurs hôtes par la petite quantité de matières qu'ils soustraient; leur action nocive se manifeste autrement.  toutefois, les hémorragies répétées que causent les Ancylostomes et autres Helminthes épuisent à la longue l'homme qu'ils infestent.

2) Lésions et réactions inflammatoires - Nombreux sont les Helminthes qui causent, par leur présence, une irritation des organes ou des tissus.  Les Trichines provoquent, au moment de la migration des larves, une irritation gastro-intestinale extrêment vive qui entraîne quelquefois la mort.  Les Ascarides erratiques aui, par exemple, ont émigré dans la paroi abdominale, sont bientôt entourés d'une foule de leucocytes dont les cadavres forment le pus: il y a abcès venimeux. Les ascarides irritent parfois si fortement l'intestin que l'ascaridiose simule la fièvre typhoïde.

3) Réactions néoplasiques - On sait que certains Helminthes: Clonorchis sinensis, Douve hépatique de l'Homme, le forme larvaire du Taenia taeniaeformis dans le foie du Rat, le Nématode Gongylonema neoplasticum de l'estomac et de la langue du Rat peuvent provoquer une prolifération cellulaire qui a tous les caractères d'un cancer.

4) Action toxique - Elle est beaucoup plus importante que la précédente.  Les Helminthes rejettent dans l'organisme des substances qui sont de véritables poisosn pour l'hôte.  Les accidents nerveux qui accompagnent les téniasis, l'ascaridiose (pseudo-méningite vermineuse) sont la conséquence d'une intoxication des centres nerveux.  L'anémie grave observée au cours de plusieurs maladies vermineuses (ancylostome, quelques téniasis, etc ...) est due sans doute à la destruction des globules rouges par les substances que les parasites éliminent (substances hémolitiques).

5) Réaction Humorale de l'hôte - Les humeurs (liquides organiques) de l'hôte sont modifiées.  Il se forme dans le plasma sanguin, comme au cours des infections microbiennes, des anticorps ou substances antagonistes, des protéines ou antigènes d'origine parasitaire.  L'hôte tend à s'immuniser contre ses parasites; d'une façon générale, il n'y parvient pas entièrement; mais il acquièrt certaines propriétés qui démontrent son changement d'état.  En voci quelques exemples: un porteur de Ténias ne se surinfeste pas avec les cysticerques de même espèce que son parasite.  S'il héberge plusieurs Vers, on peut assurer qu'ils ont été pris simultanément.  Le liquide cavitaire des Ascarides irrite très vivement la conjonctive oculaire des Chevaux sains; il laisse indiférent l'oeil des sujets atteints d'ascaridiose depuis assez peu de temps.  La présence des anticorps a été révélée par plusieurs réactions biologiques.  Entre autres, le liquide hydatique précipite le sérum des individus porteurs d'un échinocoque, tandis qu'il reste sans effet sur celui des individus sains. Ces réactions servent au diagnostic de l'affection parasitaire.  Le formule leucocytaire du sang des porteurs d'Helminthes est modifiée; en particulier le taux des leucocytes éosinophiles (à cytoplasme contenant des grains avides d'éosine) s'élève dans des proportions considérables.  Cette éosinophilie permet souvent d'orienter le diagnostic vers une maladie vermineuse.

Lutte contre les Helminthes de l'homme

1) Prophylaxie - Elle comprend la destruction des oeufs par la désinfection des selles, le contrôle sanitaire des animaux abbatus, l'exclusion absolue des Chiens dans les abbatoirs.  Certaines règles d'hygiène telles que la propreté des mains, la cuisson des aliments, la surveillance ou la désinfection des mets crus (salades, fraises, etc, etc.), la complètent.

2) Traitement curatif - parmi les antihelminthiques les plus employés contre les Cestodes adultes il y a l'extrait éthéré de Fougère mâle, l'essence de Chénopode, la pelletiérine, alcaloïde extrait de la racine de Grenadier, les graines de Courge.  Contre les Nématodes, l'essence de Chénopode, la santonine (substance extraite des fleurs non épanouies des Armoises), le tétrachlorure de carbone (surtout à l'égard des Ancylostomes), le Thymol, donnent d'excellents résultats.  Emétique (tartrate double de K et de Sb) et fouadine (composé organique complexe de Sb trivalent) agissent contre les Douves hépatiques, les Schistosomes.  Contre les Vers intestinaux, on associe au vermifuge un purgatif qui facilite l'évacuation des parasites tués ou engourdis.

Retour