Aller à la page principale...
 
ACTIVITES - JOURNEE DES OUBLIES DES VACANCES - STATUTS - PRESSE
AIDER LE SECOURS POPULAIRE - LIENS - ARCHIVES - CONTACT
PERES NOEL VERTS

 

18-19-20 octobre 2002 assises européennes de la jeunesse

 

« Europe, je te veux solidaire », Assises européennes de la jeunesse

La rencontre des jeunes qui s’est déroulée à Strasbourg au Parlement européen du 18 au 20 octobre a permis à 300 jeunes Européens venus de 12 pays, travailleurs sociaux ou acteurs de la vie associative, de débattre sur différents sujets concernant les discriminations, l’inter-culturalité, la mobilité et l’autonomie, la coopération internationale et la participation des jeunes dans le monde associatif.

Pour l’ouverture des Assises européennes, les jeunes du Secours populaire et d’ailleurs se sont exprimés contre les discriminations au restaurant universitaire de la Gallia, à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère du 17 octobre, au cours d’ateliers de relookage, théâtre ou bande dessinée.

Au Parlement européen, les débats se sont fait lors d’ateliers qui ont permis de comparer les expériences de tous sur les différents sujets abordés. Mais l’échange d’information s’est aussi déroulé lors de rencontres entre les jeunes qui ont eu l’occasion au cours de ce séjour de discuter sur les différentes manières de travailler dans le monde associatif à travers toute l’Europe. Les participants ont conclu à la nécessité de poursuivre le travail par la création d’un réseau impliquant tous les pays.

Assises européennes de la jeunesse 18, 19, 20 octobre 2002, au Parlement européen de Strasbourg

En 2002, place à l'Europe, 115 jeunes animateurs venus de 12 pays européens et 200 jeunes animateurs, salariés comme bénévoles du Secours populaire, se sont réunis pendant pendant trois jours dans les locaux du Parlement européen pour la tenue des Assises européennes de la jeunesse. Les discriminations, la participation des jeunes dans la vie associative, la mobilité, l'inter culturalité ou encore la coopération Nord/Sud sont les sujets autour desquels les jeunes ont partagé et débattu de leurs expériences dans la vie associative.

La table ronde contre les discriminations

Les 300 jeunes présents ont initié le débat par un certain nombre de témoignages affligeants sur les discriminations vécues par les uns et les autres dans les différents pays européens. Aux côtés d'experts du Groupe d'Etudes et de Luttes contre les Discriminations, du mouvement Gay Lesbien, du Comité Régional Ile de France Handisports, du réseau ESAN ou encore du Secours populaire, les jeunes ont constaté avec effroi le non-respect des lois contre les discriminations et proposé quelques pistes pour éradiquer ce phénomène comme l'implication de l'école dans l'apprentissage des notions citoyennes, l'importance de l'information, la remise en cause des pensées sur la "normalité", le rôle de la formation, le respect de la différence, la confiance et le partage d'expériences, la place de la libre expression, la tolérance, la non "ghettoïsation"…

Autant d'idées-forces face auxquelles les associations pourraient jouer un rôle en multipliant les actions de solidarité et être ainsi aiguillon des pouvoirs publics, en reconnaissant et en donnant la parole aux personnes exclues, en les rendant actrices de façon à ce qu'elles retrouvent leur dignité, en jouant un rôle d'écoute et de soutien, en accordant une grande place à l'éducation à la citoyenneté dès le plus jeune âge, en développant les campagnes d'information… et mille autres idées.

Les 4 ateliers co-animés par les membres du groupe de travail jeunesse

Côté ateliers, les jeunes ont particulièrement insisté sur la mise en place sinon le renforcement d'une plate forme associative qui permettrait la mise en commun des actions, le partage d'expériences, la diffusion de l'information, le développement des relations Est/Ouest…

Grâce à un site Internet, à une communication ciblée et originale, à la diffusion d'une information technique et pratique (formations, emplois, programmes, lois, guides…), à l'implication et l'accompagnement des jeunes dans leurs projets, à la médiatisation des initiatives, au respect de la différence par la connaissance des cultures, à la formation, à la diversification des actions menées…, ce réseau sensibiliserait et réunirait les jeunes européens en quête de solidarité et nous permettrait ainsi de construire les bases d'une Europe toujours plus solidaire.

VOIR LES PHOTOS