Aller à la pag principale...
 
ACTIVITES - JOURNEE DES OUBLIES DES VACANCES - STATUTS - PRESSE
AIDER LE SECOURS POPULAIRE - LIENS - ARCHIVES - CONTACT
PERES NOEL VERTS

 

 

Bilan des missions en Asie du sud

Les trois missions du Secours populaire parties au Sri Lanka, en Inde et en Indonésie ont pu débuter leurs actions d’entraide dans les zones sinistrées.

La première mission partie au Sri Lanka le 29 décembre a effectué des distributions dans trois camps à Ampara. Au total, 1086 familles ont reçu du riz, des lentilles, de l’eau, de l’huile, du lait pour bébé, des biberons, des moustiquaires… Les prochaines distributions devraient être organisées à Matara.

La seconde mission partie en Inde le 30 décembre a rejoint sur place notre partenaire local l’association SPEED Madras avec qui elle organise une distribution dans deux bidonvilles de Madras. Au total, 700 familles vont pouvoir recevoir des produits de première nécessité. L’équipe envisage aussi la réhabilitation de 50 huttes. A Pondichery, deux distributions s’organisent dans les villages alentours (200 à 300 foyers sont concernés) ainsi que dans le village de Chitiraipetai sinistré à 80 % (environ 600 familles concernées par l’aide) et dans le village de Periya Mudaliar Chavady.

La troisième mission partie en Indonésie le 31 décembre avec Pompiers sans frontières est arrivée à Medane et a rejoint la province de Banda Aceh où 900 000 enfants âgés de 6 mois à 15 ans attendent les secours. L’équipe sur place a acheté 7 tonnes de produits alimentaires. Du matériel médical et de potabilisation a aussi été acheminé dans la zone sinistrée. Une seconde mission « Indonésie » composée de deux personnes du Secours populaire et de trois membres des Pompiers sans frontières partira le 10 janvier avec de nouveaux fonds afin de poursuivre l’urgence.

Vous pouvez apporter votre soutien en effectuant un don financier. Précisez « Fonds d’urgence sinistrés de l’Asie du Sud ». Merci de ne pas nous adresser de dons matériels (vêtements, nourriture,...) : nous achetons les denrées nécessaires sur place. En effet, le coût est ainsi inférieur, nous pouvons répondre au plus près et plus rapidement aux besoins, et cela permet à l'économie locale de redémarrer après une catastrophe.